Les normes imposées par les « sophistes » des tutelles et certaines ONG

La France, pays du système D, est devenue le pays des normes. Dans les domaines de la santé, de l’écologie et de la sécurité, on n’en compte pas moins de 200.000. Comme d’habitude, avant chaque élection, les candidats promettaient d’en réduire le nombre. Si toutes ne sont pas inutiles, elles sont parfois exagérément tatil

La France, pays du système D, est devenue le pays des normes. Dans les domaines de la santé, de l’écologie et de la sécurité, on n’en compte pas moins de 200.000. Comme d’habitude, avant chaque élection, les candidats promettaient d’en réduire le nombre.

Si toutes ne sont pas inutiles, elles sont parfois exagérément tatillonnes. Elles sont la cause de nombreux surcoûts mais ceux qui en sont à l’origine n’en supportent pas les lourdes conséquences financières.

Par exemple, l’adaptation des établissements scolaires aux handicapés, décidée par la loi handicap de 2005, impose la mise en accessibilité du cadre de vie d’ici 2015, ce qui représente une charge monstrueuse pour les collectivités locales alors que dans le même temps L’État leur reproche de trop dépenser.

Les normes ont un coût non négligeable qui pèse sur les petits cabinets médicaux : ceux-ci sont incapables de financer les adaptations exigées par ces nouvelles lois. Le coût estimé peut dépasser 50.000 euros pour chacun. La conséquence perverse en sera la disparition de nombreux cabinets médicaux de ville. De même, le double badigeonnage des sites opératoires exigé pour lutter contre les infections, est désormais normé. Il coûte chaque année 80 millions d’euros mais le taux d’infections n’a pas diminué pour autant.

Lorsqu’on les étudie de près, ces règles présentent une certaine utilité : elles facilitent l’accès des handicapés aux équipements publics, garantissent la sécurité des usines, encouragent l’isolation thermique des logements, confortent la lutte contre l’obésité.

Avec la désertification des campagnes par les médecins on ne pourra pas multiplier des maisons médicales normalisées sans augmenter lourdement les impôts. Il faudra donc choisir une autre voie pour moderniser notre système de soins.

Je propose cette voie dans le livre “Chirurgie chronique d’une mort programmée”, il s’agit de la voie libérale et de la compétence.

Retour à l’article d’introduction.

Texte : bk / esanum
Photo : Andy Dean Photography /Shutterstock

Kron
Le Dr. Bernard Kron est un ancien chirurgien de l’Assistance Publique de Paris, membre de l’Académie nationale de chirurgie, qui a opéré plus de 25 mille patients,  au cours de sa carrière. Aujourd’hui, il se base sur son expérience pour poser un regard critique sur la situation actuelle de la santé en France. Il est, par ailleurs, membre d’honneur de l’Union Français pour une Médecine Libre (UFML) et il le dit lui même, s’il se bat à l’heure actuelle, ce n’est pas pour lui, mais pour les générations futures.
Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.