Découverte de variations génétiques impliquées dans la dépression

D’après l’OMS, la dépression touche plus de 350 millions de personnes dans le monde. Il est connu que la dépression ne se limite aux seuls aspects psychologiques et peut toucher des familles. Cependant, la plupart des études n’ont pas réussi à identifier les variations génétiques qui influent sur le risque de dépression, en par

D’après l’OMS, la dépression touche plus de 350 millions de personnes dans le monde. Il est connu que la dépression ne se limite aux seuls aspects psychologiques et peut toucher des familles. Cependant, la plupart des études n’ont pas réussi à identifier les variations génétiques qui influent sur le risque de dépression, en particulier chez les personnes d’ascendance européenne.

Une vaste étude réalisée par des chercheurs américains et publiée lundi dans la revue spécialisée Nature Genetics confirme l’influence des gènes sur le risque de dépression chez les personnes d’origine européenne. Ces résultats représentent un pas pour mieux comprendre la composante biologique de cette maladie et aider au développement de nouveaux traitements.

Les chercheurs américains ont identifié 17 variations génétiques potentiellement à risque, réparties dans quinze régions du génome. “Les premières associations génétiques significatives avec le risque de trouble dépressif majeur (TDM) chez les individus d’origine européenne” y sont décrits, souligne la revue.

Cette vaste étude, dite “pangénomique”, englobe plus de 121.000 personnes qui ont déclaré avoir été diagnostiquées comme atteintes de dépression ou être traitées pour la maladie. 338.000 personnes se déclarant sans antécédents de dépression ont elles aussi été  incluses. Les chercheurs ont utilisé les données provenant de la société américaine de génétique 23andMe. Cette dernière vend des tests ADN aux particuliers afin qu’ils évaluent leur risque génétique de développer certaines maladies.

“L’identification des gènes qui influent sur le risque pour une maladie est une première étape vers la compréhension de la biologie de la maladie elle-même”, explique Roy Perlis, du Massachusetts General Hospital (Etats-Unis), coauteur de ce travail. Ajoutant : “Nous espérons que la découverte de ces gènes va nous orienter vers de nouvelles stratégies de traitement”.

Le Dr Roy Perlis estime par ailleurs que “trouver des gènes associés à la dépression devrait aider à dire clairement qu’il s’agit d’une maladie du cerveau”, en espérant ainsi “diminuer la stigmatisation” des malades.

Texte : AFP / esanum
Photo : vitstudio / Shutterstock

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.