Une nouvelle étude révèle "l'une des plus grandes escroqueries de l'industrie du tabac"

Deux nouvelles études du Tobacco Control Research Group de l'Université de Bath, publiées dans la revue Tobacco Control du BMJ, démontrent que les grandes compagnies de tabac continuent de faciliter la contrebande de tabac, tout en tentant de contrôler un système mondial conçu pour la prévenir, et en finançant des études qui surestiment régulièrement les niveaux de contrebande de tabac.

Ces résultats sont le fruit d'une importante annonce faite la semaine dernière par Bloomberg Philanthropies, qui fait du Groupe de recherche sur la lutte antitabac de Bath l'un des chefs de file visant à contrer les influences négatives de l'industrie du tabac sur la santé publique.

La première étude, qui s'appuie sur des documents ayant fait l'objet de fuites, souligne les efforts déployés par l'industrie pour contrôler un système mondial de traçage et pour saper un accord international majeur - le Protocole sur le commerce illicite - conçu pour empêcher l'industrie du tabac de faire de la contrebande de tabac.

En 2012, à la suite d'une série d'enquêtes, d'affaires judiciaires et d'amendes visant à obliger les principales compagnies de tabac à rendre compte de leur participation à des opérations mondiales de contrebande de tabac visant à éviter de payer des taxes, les gouvernements du monde entier ont adopté le Protocole sur le commerce illicite (PCI). Faisant partie d'un traité mondial, la Convention-cadre pour la lutte antitabac, le PTI vise à éradiquer la contrebande de l'industrie du tabac grâce à un système efficace de traçage - un système dans lequel les paquets de tabac sont marqués de manière à pouvoir être suivis par leur itinéraire de distribution et, s'ils sont trouvés sur le marché illicite, peuvent être retracés jusqu'à leur origine.

Craignant l'évolution de la situation, la nouvelle étude soutient qu'à ce stade, l'industrie du tabac prétend avoir changé, devenant non plus les auteurs de la contrebande, mais les victimes de la contrefaçon.

Simultanément, les grandes compagnies de tabac ont développé leur propre système de suivi et de traçabilité, " Codentify ", faisant pression sur les gouvernements du monde entier pour qu'il soit adopté comme le système mondial de suivi et de traçabilité de choix. Les documents divulgués montrent que les quatre grandes sociétés transnationales de tabac ont élaboré un plan conjoint visant à utiliser des groupes de façade et des tiers pour promouvoir la "codification" auprès des gouvernements et leur faire croire qu'elle était indépendante de l'industrie et de la manière dont ces plans ont été mis en œuvre. Par exemple, l'étude révèle comment une société supposée indépendante a fait face à British American Tobacco (BAT) dans un appel d'offres pour un système de suivi et de traçabilité au Kenya.

Pourtant, révèlent les chercheurs, de plus en plus de preuves suggèrent que l'industrie du tabac facilite encore la contrebande de tabac. Environ deux tiers des cigarettes de contrebande peuvent encore provenir de l'industrie. Au mieux, suggèrent les auteurs, cela montre l'incapacité de l'industrie du tabac à contrôler sa chaîne d'approvisionnement, mais ils soulignent des preuves croissantes provenant d'enquêtes gouvernementales, de dénonciateurs et de documents de l'industrie du tabac qui suggèrent tous une participation continue de l'industrie.

L'étude suggère qu'afin de renforcer l'appui à leur système et d'accroître leur crédibilité, Big Tobacco a créé des groupes de façade, a versé des fonds dans des organisations censées le tenir responsable et dans des initiatives qui susciteraient des faveurs, et a payé pour des données et des rapports trompeurs.

Le professeur Anna Gilmore, directrice du Groupe de recherche sur la lutte contre le tabagisme, explique : "Ce doit être l'une des plus grandes escroqueries de l'industrie du tabac : non seulement elle est toujours impliquée dans la contrebande de tabac, mais le gros tabac se positionne pour contrôler le système même que les gouvernements du monde entier ont conçu pour l'en empêcher. L'effort élaboré et sournois de l'industrie implique des groupes de façade, des tiers, des fausses nouvelles et des paiements aux autorités réglementaires destinées à les obliger à rendre des comptes".

La deuxième étude, publiée aujourd'hui, examine la qualité des données et des rapports sur le tabac illicite que l'industrie du tabac a financés et soulève d'autres préoccupations quant à la conduite de l'industrie du tabac. Il constate que les données financées par l'industrie surestiment régulièrement les niveaux de contrebande de tabac.

La première étude à identifier et à examiner systématiquement la littérature qui évalue les données financées par l'industrie sur le commerce illicite du tabac, identifie des préoccupations généralisées quant à la qualité, l'exactitude et la transparence de la recherche financée par l'industrie du tabac. Les données financées par l'industrie ont été critiquées pour leur manque fondamental de transparence à chaque étape du processus de recherche, depuis l'échantillonnage et la collecte des données, en passant par l'analyse jusqu'à la publication des résultats.

Les auteurs postulent que la cohérence avec laquelle les problèmes ont été identifiés suggère que l'industrie du tabac peut produire intentionnellement des données trompeuses sur le sujet.

Les auteurs suggèrent qu'en dépit de preuves accablantes de complicité historique dans la contrebande du tabac et de leurs dernières preuves suggérant que les compagnies de tabac continuent d'alimenter le commerce illicite, l'industrie se présente maintenant comme un élément clé pour résoudre le problème, en présentant le financement de la recherche comme un exemple de ses tentatives de réduire le commerce illicite.

L'auteur principal Allen Gallagher, du Tobacco Control Research Group à Bath, explique : "Nos dernières découvertes cadrent avec la longue histoire de l'industrie du tabac en matière de manipulation de la recherche, y compris ses efforts considérables pour miner et semer la confusion dans la science qui montre les effets négatifs du tabagisme sur la santé.

La deuxième auteure, Karen Evans-Reeves, a ajouté : "Malgré les inquiétudes considérables que suscitent les données financées par l'industrie sur ce sujet, les compagnies de tabac continuent de dépenser des millions de livres pour financer la recherche sur le commerce illicite du tabac. Aussi récemment qu'en 2016, l'initiative PMI IMPACT de Philip Morris International s'est engagée à hauteur de 100 millions de dollars US à cette fin. Pourtant, si les données financées par l'industrie ne parviennent pas toujours à atteindre les normes attendues de la recherche universitaire reproductible, nous devons nous demander s'il n'y a pas autre chose à faire que d'aider l'industrie à brouiller les cartes sur une importante question de santé publique.

Le professeur Gilmore, auteur principal des deux documents, déclare : "Les gouvernements, les autorités fiscales et douanières du monde entier semblent avoir été trompés par les données et les tactiques de l'industrie. Il est vital qu'ils se réveillent et réalisent l'enjeu. On ne peut pas faire confiance à la recherche financée par l'industrie du tabac. Aucun gouvernement ne devrait mettre en place un système de suivi et de traçabilité lié, sous quelque forme que ce soit, aux fabricants de tabac. Ce faisant, l'implication de l'industrie du tabac dans la contrebande pourrait se poursuivre en toute impunité".

Andy Rowell, co-auteur du premier article, déclare : "Les gouvernements doivent être attentifs à ce que fait l'industrie du tabac et se rendre compte qu'elle fonctionne maintenant par le biais d'un réseau complexe de groupes de façade et d'entreprises. Tout système de suivi et de traçabilité lié à 'Codentify' n'est tout simplement pas fiable."

Ce travail a été soutenu par des subventions de Cancer Research UK.

esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.