Les facteurs de risque des troubles des conduites alimentaires

Les troubles des conduites alimentaires ou troubles des comportements alimentaires (TCA) incluent divers troubles dont les principaux sont l’anorexie mentale et la boulimie nerveuse. 600 000 personnes seraient touchées en France et neuf sur dix sont des femmes ou des filles. Les conséquences peuvent aller des troubles psychologiques à des symptô

Les troubles des conduites alimentaires ou troubles des comportements alimentaires (TCA) incluent divers troubles dont les principaux sont l’anorexie mentale et la boulimie nerveuse. 600 000 personnes seraient touchées en France et neuf sur dix sont des femmes ou des filles. Les conséquences peuvent aller des troubles psychologiques à des symptômes plus graves, physiques, pouvant entraîner la mort. Ces TCA sont multifactoriels et complexes, avec des causes multiples et mal connues, avec plusieurs facteurs de risque.

Des facteurs biologiques

Des facteurs génétiques et neurobiologiques participeraient à l’origine des troubles des conduites alimentaires. La sérotonine est un neurotransmetteur impliqué entre autre dans la régulation de l’humeur et de l’appétit. Des variations génétiques impliquant des récepteurs à la sérotonine pourraient alors influencer le comportement alimentaire d’un individu. Des troubles de la régulation du système des hormones gastro-intestinales ou des hormones gérées par l’hypothalamus pourraient également jouer un rôle. Néanmoins, ces facteurs biologiques sont assez peu connus et sont loin d’être les principales causes ou facteurs de risque de ces maladies.

Des facteurs psychologiques

Les facteurs psychologiques influent bien plus sur les conduites alimentaires que les facteurs biologiques. Des troubles affectifs et anxieux coexistent très souvent avec les troubles des conduites alimentaires. Les individus les plus à risque d’anorexie mentale ou de boulimie sont ceux qui sont instables sur le plan émotionnel, qui n’arrivent pas à gérer leurs émotions. L’anorexie est associée à l’obsession de la maigreur et à la peur de prendre du poids, ce qui entraîne une conduite addictive de privation de nourriture. Les relations sociales sont souvent difficiles pour ces patientes et leur sexualité est aussi affectée.

L’historique familial joue également un rôle. Le risque étant plus élevé chez les individus présentant des antécédents familiaux de dépression, de TCA ou d’obésité par exemple. Certains tempéraments comme le perfectionnisme, le besoin de contrôle permanent, le manque de confiance en soi entrent aussi en jeu.

Enfin, les patientes ayant subi des violences, notamment sexuelles, ou présentant d’autres comportements additifs (comme la toxicomanie) ont un risque plus élevé de développer un trouble alimentaire.

Des facteurs socioculturels et familiaux

Finalement, les facteurs de risque principaux des TCA restent sûrement socioculturels. C’est pourquoi les adolescentes et les jeunes femmes sont les principales touchées par l’anorexie mentale et la boulimie. Une pression sociale importante est exercée pour imposer un idéal de beauté qui passerait par la minceur, surtout dans le monde occidental, le plus touché par les cas d’anorexie. L’importance accordée par la société à l’image de soi et à l’image de l’autre entraînent de nombreuses jeunes filles vers des troubles de l’alimentation.

D’autres facteurs de vulnérabilité touchent spécifiquement certaines professions. Ainsi les mannequins et les personnalités à image publique sont beaucoup plus à risque de se priver de nourriture. Certains sportifs, via des contraintes de poids imposées par exemple, développent une obsession de leur image corporelle pouvant virer à des troubles alimentaires. Les milieux sociaux les plus touchées par les TCA sont les classes sociales moyennes et supérieures.

L’influence familiale et la culture interviennent souvent dans le rôle symbolique qu’elles accordent à l’alimentation et à l’image de soi. Un milieu avec des parents très sévères, voire rigides, ou exerçant une importante pression peut être un milieu à risque d’anorexie mentale. D’autres milieux familiaux, où les parents répondent systématiquement par de la nourriture à tous les besoins, peuvent par exemple augmenter le risque de boulimie nerveuse chez l’enfant. De même, le rapport aux repas, à la nourriture en général et à l’expression des sentiments rentrent en compte.

Ainsi les TCA sont des troubles aux facteurs de risque très variés et complexes. Si la prévention est difficile, il est possible de réduire la pression sociale exercée sur les jeunes filles (et jeunes garçons), qui passe par l’apologie de la minceur extrême et d’idéaux de beauté inatteignables pour beaucoup. Certaines mesures vont dans ce sens, comme par exemple le vote en décembre 2015 d’une loi interdisant aux mannequins excessivement maigres de défiler et l’obligation de mentionner les photographies retouchées. Le taux de mortalité dû aux TCA est situé entre 5 et 10 %.

Texte : esanum / sb
Photo : Ursula Ferrara / Shutterstock

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.