esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.

Suicide : "un problème national" selon les autorités américaines

Deux chefs d’entreprises célèbres, menant une vie privilégiée. Mais, au fond, des êtres humains profondément désespérées. Kate Spade et Anthony Bourdain sont deux exemples parmi tant d’autres. Le suicide est un problème croissant aux États-Unis depuis des années.

D’abord Kate Spade, puis Anthony Bourdain.

La mort du designer tant aimé et du chef star de la télévision apparemment si indestructible a choqué les États-Unis. Mais les suicides ont finalement amené de nombreux Américains à parler d’un sujet encore tabou. Pourtant, les taux de suicide augmentent fortement et depuis des années.

Près de 45 000 Américains se sont suicidés en 2016, soit 25 % de plus qu’en 1999 et plus de deux fois plus qu’en 2016. “La nature généralisée de cette augmentation, dans tous les États sauf un, suggère vraiment qu’il s’agit d’un problème national affectant pratiquement tous les endroits explique Anne Schuchat, directrice générale adjointe de la CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies).

Le suicide touche tous les groupes de personnes

En effet, tous les groupes d’âge, les sexes et les groupes ethniques sont touchés, bien qu’à des degrés divers. En général, plus des quatre cinquièmes des victimes de suicide sont des Blancs et environ les trois quarts sont des hommes.

La tendance est particulièrement forte dans les États du Midwest : le Dakota du Nord a enregistré une augmentation de 57 % entre 1999 et 2016, et le Montana est le pire. Le taux de suicide est de 29,2 pour 100 000 habitants. 13,4 est la moyenne américaine. Ce n’est qu’au Nevada que le taux a légèrement baissé — mais toujours à un niveau élevé. À titre de comparaison : selon les derniers chiffres disponibles, le taux en France était de 14.9 en 2014.

En fin de compte, la situation est quelque peu meilleure dans les États où les lois sur les armes sont plus strictes.

Crise financière et opioïde : raisons possibles de la hausse des taux de suicide

Néanmoins, la question demeure : d’où vient cette augmentation drastique ? Les experts de la santé, les économistes et les sociologues voient une des raisons de la crise financière qui a frappé le pays de plein fouet en 2008.

‘Les recherches menées depuis de nombreuses années dans les domaines de la politique sociale et de la santé ont montré qu’il existe un lien étroit entre le déclin économique et l’augmentation du nombre de suicides’, explique la sociologue Sarah Burgard (Université du Michigan) dans le Washington Post.

La crise des opioïdes joue également un rôle : les suicides et les surdoses non intentionnelles ne sont pas faciles à séparer ici. Cependant, le CDC suppose que les suicides causés par les analgésiques et addictifs ont presque doublé entre 1999 et 2014.

Les suicides sont le miroir de la société

Les personnes souffrant de problèmes de santé mentale, de dépression ou de troubles anxieux ont souvent du mal à obtenir une aide médicale et thérapeutique efficace. Cela nécessite de l’argent, une assurance maladie et surtout plus qu’une simple visite à l’urgence de l’hôpital dans les cas extrêmes.

« L’augmentation du nombre de suicides est un miroir noir de la société américaine », écrit le New York Times. Il montre des tensions ethniques, une culture fragmentée, un système de santé fragile et le désespoir de nombreuses personnes qui disparaissent derrière des vagues de photos de médias sociaux souriants et des émoticônes trompeurs.

Briser le silence

Les personnes en crise grave, mais aussi les familles de ceux qui se sont suicidés, souffrent de ce silence. « Si les gens parlent plus ouvertement de la façon dont ils ont surmonté les pensées suicidaires, il est évident que cela a un effet positif sur les personnes qui sont actuellement en crise suicidaire », confie John Draper du réseau national de prévention du suicide Lifeline.

Les personnes touchées se sont également exprimées sur Twitter. ‘Cela fait six ans que je n’ai pas mis les pieds nus sur la rambarde d’un pont, sous la pluie’, Josh Raby commence un long fil Twitter qui a été suivi par plus de 90 000 personnes. Ce jour-là, Josh fut sauvé par un voisin.

 Comme quoi, chacun peut faire la différence, il suffit d’être attentif.