esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.

"Si j’étais ministre de la Santé" : mes solutions pour libérer la médecine, par Bernard Kron

« Il y a beaucoup trop de lois, trop de règlements dans ce pays », disait déjà Georges Pompidou à Jacques Chirac en 1966.

Et en effet, il faut que l’État arrête de tracasser les médecins, car demain il sera trop tard !

Voici mes solutions pour libérer la médecine française et réformer la santé.


1) Réformer la Sécurité sociale, les mutuelles, les complémentaires et la tarification

2) Définir le juste panier de soins à rembourser ; le reste à charge actuel égal à 7/8 % le permettrait.

Il faut également clarifier les contrats des complémentaires concernant le taux de remboursement des honoraires. Leurs frais de gestion à 20 % sont inacceptables.

3) Revaloriser le tarif de la médecine générale et des actes de chirurgie et de soins primaires en chirurgie dentaire : payer 20 € une carie ou 25 € une consultation est inacceptable.

4) Favoriser l’ouverture des cabinets aux urgences en les rémunérant par un forfait incitatif de 70 à 100 € : payer 20 € une suture est dissuasif !

5) Laisser les tarifs libres en dehors du secteur 1; sauf pour les malades à 100 % (la CMU et l’ALD)

6) Supprimer les administrations redondantes de la santé : HAS, ARS, IGAS…

Elles représentent un frein à la lutte contre les déserts médicaux.

7) Mettre aux oubliettes le TP sauf pour CMU et ALD

8) Donner de l’autonomie des hôpitaux avec moins de directeurs

Il est nécessaire également de modifier la tarification à l’acte (T2A) : ce système est venu compléter la dotation globale. Ses effets sont pervers et multiplient à l’hôpital les actes inutiles, qui attirent le malade aux urgences où les soins sont gratuits, mais reviennent à 250 €/urgence !

9) Faire évoluer la législation française en profondeur

Je préconise de supprimer de la Constitution le principe de précaution qui entraine de multiples examens redondants (30 % ne sont même pas regardés à l’hôpital)

Aussi, la loi santé de 2002 sur la protection des malades entraine des judiciarisations excessives avec la notion de perte de chance : les procès se multiplient ce qui explique nombre d’examens inutiles demandés pour « se protéger » en cas de procès.

Ces réformes permettraient de donner  un accès à une médecine de qualité pour les moins favorisés tout en revalorisant l’exercice des médecins, ce qui résorberait les déserts médicaux en quelques années, ce que l’État ne semble pas avoir compris.

Le dogme « moins de médecins libéraux = moins de dépenses est omniprésent"  (Brigitte Dormont).

Peut-être que les robots soignants de la télémédecine seront plus obéissants !


Retrouvez le Dr Kron sur les ondes de Sud Radio 99,9 FM, de 12 h à 13 h dans l’émission « André Bercoff dans tous ses états »