>
Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est la plate-forme médicale sur Internet. Ici, les médecins ont la possibilité de prendre contact avec Une multitude de collègues et de partager des expériences interdisciplinaires. Les discussions portent à la fois sur les Observations de la pratique, ainsi que des nouvelles Et les développements de la pratique médicale quotidienne.

"Si j’étais ministre de la Santé" : la réforme des études de médecine, par Bernard Kron

La pénurie de médecins, le temps d’attente aux urgences, les délais d’obtention de rendez-vous, la dégradation des soins : notre système de santé se dégrade. Conséquence : les études de médecine doivent être réformées.

C’est un fait : notre système de santé est en crise, conséquence de la main mise progressive de l’État depuis mai 68. 

La pénurie de médecins, le temps d’attente aux urgences, les délais d’obtention de rendez-vous, la dégradation des soins sont comme nous l’avons vu dans un édito précédent, la conséquence des réformes qui étatisent progressivement le système de santé. 

Premier constat pour inverser la vapeur : les études de médecine doivent être réformées. En effet, la réforme du LMD imposée par les directives européennes a été une catastrophe pour notre médecine.


Voici mes solutions si j’étais ministre de la Santé :

  


Près de 60 000 étudiants en 1re année de médecine : c’est un chiffre énorme. La conséquence est arrivée : désormais, le numerus clausus impose une sélection draconienne. Cette sélection qui ne fait pas appel au raisonnement élimine les plus hauts quotients intellectuels.

Ce sont effectivement plus de 20 000 étudiants français sont partis faire leurs études en Belgique, Bulgarie, Roumanie et Espagne. Combien reviendront s’installer en France dans une profession martyrisée et exsangue ?

Kiné, dentaire MAÏEUTIQUE et Externat de Médecine générale

D'une durée 8 ans au lieu de 11 à 12 ans, ce qui permettrait d’envoyer vers les déserts médicaux des milliers de médecins en quelques années : ce serait un Externat rémunéré dès la 3e année.
 

Le sort de l'externat


Nous évoquions ensemble le sort de l’internat de médecine en 2017 il y a quelques semaines; il est maintenant temps de se pencher sur l’externat.

Ce n’est plus un concours depuis mai 68. Les stages sont insuffisants et de mauvaise qualité; l’externe faisant souvent office de secrétaire. Le cycle de cet « externat » devra être plus formateur et identifier précocement les futurs médecins généralistes.

On change de lieu de formation chaque semestre. Il faut effectuer un stage dans la sous-spécialité visée (dermatologie, chirurgie cardio-vasculaire, rhumatologie, ORL, Orthopédie, etc.). 

Les étudiants ont finalement peu de temps pour choisir leur voie et manquent de pratique pour faire un diagnostic et appliquer les soins de premier secours.

Enfin, il faut également s’attaquer aux ECN (épreuves classantes nationales). Si la sélection a été faite au début des études médicales, elle n’existe plus ensuite, il suffit à l’étudiant d’être patient, même en « séchant » certains stages.


Ouvert à toute l’Europe, il offre plus de places qu’il n’y a de candidats puisque 600 postes de médecine générale ne sont pas pourvus. 

Nombre d’étudiants préfèrent redoubler une année plutôt que de choisir une spécialité ou une faculté qui ne leur conviendrait pas.
 
Il faut le remplacer par une filiarisation sur volontariat avec contrôles lors du 2e cycle.


 
Enfin, force est de constater que nous assistons à la « mort » du Clinicat. Il formait l’élite de notre médecine, mais sera désormais, réservé aux carrières hospitalières. C’est une grave erreur, car un an de post internat ne permettra plus d’être compétents dans les spécialités techniques comme la chirurgie.

Retrouvez le Dr Kron sur les ondes de Sud Radio 99,9 FM, de 12 h à 13 h dans l’émission « André Bercoff dans tous ses états »