Retour sur l’endométriose

L’endométriose est une maladie ne touchant pas moins d’une femme sur dix en période d’activité génitale. Et pourtant, elle reste encore longue à diagnostiquer (6 ans en moyenne) et  assez méconnue de la population. Qu’est ce que l’endométriose ? L’endométriose est la présence ectopique de tissu histologiquement semblable au tissu utérin (t

L’endométriose est une maladie ne touchant pas moins d’une femme sur dix en période d’activité génitale. Et pourtant, elle reste encore longue à diagnostiquer (6 ans en moyenne) et  assez méconnue de la population.

Qu’est ce que l’endométriose ?

L’endométriose est la présence ectopique de tissu histologiquement semblable au tissu utérin (tissu endométrial),  également hormonosensible dans 50 % des cas. Elle  provoque des lésions qui prolifèrent à chaque cycle et laissent des cicatrices fibreuses. Plusieurs organes peuvent être concernés, dont en majorité : les ovaires (kystes ovariens par exemple), le myomètre (muscle utérin),  les ligaments utéro-sacrés, la vessie, le rectum et le vagin. On retrouve plus rarement une endométriose au niveau des poumons ou au niveau du cerveau (2 cas à ce jour documentés).

On distingue alors  3 classes de localisation :

-génitale interne (« adenomyosis uteri »)

-génitale externe (petit bassin)

-extra-génitale.

Pour tenter d’expliquer  ses mécanismes physio-pathologiques, on trouve plusieurs hypothèses qui se complètent  :

-La théorie de la transplantation : lors de règles rétrogrades (chez 90% des femmes), le sang menstruel approrterait du  matériel endométrial avec quelques cellules pluripotentes (= encore capables de se différencier) au niveau des trompes de Fallope puis de la cavité abdominale, ce qui pourrait générer de nouveaux foyers endométriaux.

-La théorie métaplasique : des irritations irritations répétées de l’épithéluim coelomique pourraient induire une métaplasie des cellules coelomiques pluripotentes en cellules endométriales .

-Théorie immune : un défect immun isolé contre les cellules endométriales autologues en dehors de la cavité utérine  permettrait l’implantation et la croissance de ce tissu en dehors de l’endomètre.

Cette pathologie a certainement une composante génétique très influente ; l’Inserm a d’ailleurs retrouvé des défauts de méthylation de l’ADN associés à des formes particulières de l’enzyme DMLT3 (appartenant aux méthyl-transférases), qui multiplieraient par 7 le risque de développer une endométriose. Une composante environnementale est également suspectée, notamment vis-à-vis du bisphénol A, d’acides gras insaturés, et de multiples perturbateurs endocriniens.

Quels sont alors les symptômes les plus fréquents de l’endométriose ?   

Fréquemment, les patientes souffrent de  douleurs abdominales, qui atteignent leur  paroxysme pendant  les règles, probablement à cause de prostaglandines et de rétention de sang à l’intérieur de kystes endométriosiques. Certaines formes sont asymptomatiques, découvertes à cause d’une infertilité inexpliquée qui est aussi très fréquente.

Ensuite, l’endométriose peut provoquer d’autres types de douleurs telles une dyspareunie, puis des douleurs mictionnelles et/ou défécatoires.

L’acuité des symptômes n’est pas corrélée à l’étendue de la maladie/ des lésions.

Comment s’établit le diagnostic de l’endométriose ?

Grâce à l’examen clinique, une échographie, voire une IRM. Dans tous les cas, le diagnostic définitif se pose sur l’analyse histologique d’une biopsie prélevée lors d’une laparoscopie (chirurgie mini-invasive)

Comment est-elle prise en charge ?

Sa thérapie se met en place en fonction de la patiente concernée, de ses symptômes et de son désir de conception future ou non.

S’il ne se manifeste que par une douleur menstruelle, le traitement sera médicamenteux, avec des  AINS (type Ibuprofène), et/ou hormones  oestroprogestatives monophasiques en continu, progestatives, Danazol ou analogues de Gn-RH. Ces traitements masquent la douleur mais n’empêchent pas la progression des lésions dans la plupart des cas (sauf pour les deux derniers cités, pour lesquels on peut observer une régression du tissu).

La chirurgie reste cependant le traitement de référence. L’excision du kyste formé est par contre une intervention risquée quant à la fertilité de la femme.

Aujourd’hui, la recherche, et en particulier les chercheurs de l’Inserm se penchent sur les prostaglandines,  molécules responsables de réactions inflammatoires. Une des enzymes clé dans l’expression des prostaglandines (PTGS2) serait en effet 10 fois plus exprimée chez les patientes endométriosiques, ce qui permettrait peut-être d’établir un lien avec l’infertilité causée par cette pathologie …

Le 28 mars aura lieu la marche mondiale contre l’endométriose : plus d’infos sur le site de l’association Endofrance.

 

 

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.