esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.

Quand le monde politique détruit le meilleur système de santé du monde - partie 2

Notre système de santé traverse une crise sans précédents, faute à une médecine publique, contrôlée par l'Etat et incompatible avec la réalité du terrain. Bernard Kron livre la deuxième partie de son édito sur le monde politique.

Notre devise républicaine « Liberté, égalité, fraternité » et les idées du Conseil national de la résistance de 1945, rebaptisées justice sociale, sont-elles des leurres pour la médecine ?

Une médecine publique, contrôlée par l’État, repose sur des principes incompatibles avec la réalité.
Depuis les ordonnances de 1996 (Juppé) l’étatisation de la médecine s’est encore accélérée.

La mise en place d’une médecine publique intégrale en France devrait passer par la nationalisation des biens médicaux du secteur privé.

Qui en a les moyens aujourd’hui ?

Si l’on veut faire des économies sur la santé les élus se trompent de route !

« Que les élus donnent l’exemple ! »

Les Députés sont majoritaires pour encadrer drastiquement les honoraires des médecins, mais ils ne veulent pas que l’on touche à leurs avantages. Cela explique peut-être pourquoi les nombreux médecins parlementaires oublient leur sacerdoce lorsqu’ils sont élus.

Politique et Lobbying

Sous le titre de « Y a-t-il un médecin dans la salle ? » est paru un remarquable article de Gérard Fouet de l’Agence France-Presse le 12 octobre 2013 dans l’Express.

« Au cinéma, la phrase fait de l’effet. À l’Assemblée nationale ou au Sénat, elle est inutile. Vous n’auriez pas le temps de prononcer un mot que, déjà, une poignée de sauveurs se porteraient à votre chevet. »

Les politiques ont une vue à court terme, car elle est électoraliste ils ont les yeux rivés sur l’horizon des élections.

Ainsi en 1958 le plein temps voulait moderniser l’hôpital ce but a été atteint, mais avec le plein temps les médecins sont devenus de fonctionnaires sous le contrôle des dérives de l’administration ;

En mai 68 la suppression du concours de l’Externat des Hôpitaux a fait des étudiants en médecine des stagiaires ce qui retarde d’autant leur formation clinique.

En 2002 le concours de l’internat est supprimé par Kouchner. Avec la réforme du troisième cycle ils seront des « étudiants en formation »

Tout le système est en crise avec la désertification médicale, les postes hospitaliers non pourvus par des titulaires et le blocage des honoraires.

Avec le vœu respectable de donner un accès aux soins à tous l’État va obtenir comme en Grande-Bretagne l’effet inverse :

Listes d’attentes et médecine à deux vitesses même si le tiers payant généralisé se mettait en place, car il n’y aura bientôt plus de médecins de qualité pour accepter de le pratiquer ! 

Cela fera la part belle des complémentaires qui seront obligés d’augmenter les cotisations pour mieux rembourser les dépenses de santé !

Les tarifs négociés pour l’auditif, l’optique et le dentaire ne permettront que d’offrir que du matériel bas de gamme.

Quant à la réforme du troisième cycle, elle ne fera que retarder un peu plus l’installation des médecins, car l’internat va être prolongé d’un an ! 

Enfin le développement des GHT (Groupements hospitaliers des territoires sous le contrôle des ARS [Agences régionales de santé] vont entraîner l’augmentation du nombre des personnels administratifs qui déjà au nombre de 35 % paralysent l’hôpital.

Le livre Chirurgie chronique d’une mort programmée publié en 2015 n’a pas pris une ride, car les événements actuels sont en route vers cette triste dérive vers une médecine à deux vitesses.