Plus l’enfant est malade, plus les parents sont sujets à la dépression (et vice-versa)

Selon les auteurs, la mauvaise santé des parents, en particulier la dépression, est liée à l'utilisation accrue des services de santé, y compris les soins d'urgence, parmi leurs enfants.

La dépression parentale serait liée à l’utilisation accrue des services de santé par les enfants.

D’après une étude publiée dans le journal en ligne BMJ Paediatrics Open, les probabilités d’utilisation des soins d’urgence ont augmenté de 41 % dans ces circonstances.

    

Selon les auteurs, la mauvaise santé des parents, en particulier la dépression, est liée à l’utilisation accrue des services de santé, y compris les soins d’urgence, parmi leurs enfants.

Le contexte familial peut être un moteur influent des besoins et de l’utilisation des soins de santé, suggèrent les chercheurs.

Les données d’enquête ont mis en évidence un lien entre l’utilisation des services de santé par les parents et les habitudes de consommation de leurs enfants. Pour approfondir cette question, les chercheurs ont examiné les dossiers de santé électroniques de plus de 25 000 patients inscrits auprès d’un médecin de famille à Londres, couvrant une période de 12 mois.

Ils ont créé des groupes « ménages » de patients vivant à la même adresse et ont ensuite calculé l’impact des conditions à long terme des parents et de l’utilisation des services de santé sur le comportement de recherche de santé de leurs enfants dans quatre domaines de soins : Les rendez-vous chez le médecin généraliste, la fréquentation du service des urgences, les admissions à l’hôpital et les rendez-vous en consultation externe.

Les enfants ont été divisés en trois groupes d’âge : 0-5 ; 6-10 ; et 11-15, et des facteurs potentiellement influents, tels que les niveaux de privation, dérivés du code postal ; l’âge des parents ; et le sexe ont été pris en compte.

Quelque 6738 enfants jusqu’à l’âge de 15 ans, vivant dans 3373 ménages dont les parents sont âgés de 18 à 55 ans ont été inclus dans l’analyse finale. Près de 2 500 (41 %) enfants vivaient dans un ménage monoparental ; la même proportion vivait avec deux parents ; et près d’un enfant sur cinq (19 %) vivait avec trois adultes ou plus.

L’affection à long terme la plus courante chez leurs parents était la dépression. Près 16 % des enfants avaient un parent qui avait reçu un diagnostic de cette maladie.

Après avoir tenu compte de l’utilisation des soins de santé par les parents, l’analyse a montré que la dépression parentale était associée à une probabilité accrue de l’utilisation des services de santé par l’enfant.

Les probabilités de fréquentation d’un service d’urgence ont augmenté de 41 %, tandis que les probabilités d’admission à l’hôpital et de rendez-vous en consultation externe ont augmenté de 47 % et 67 %, respectivement. Et le risque d’un rendez-vous chez le médecin généraliste a augmenté de 28 %.

Les consultations chez le médecin généraliste des parents étaient associées à un risque 7 % plus élevé que l’enfant voit également l’omnipraticien, tandis que la présence du parent à un service de soins d’urgence était associée à une probabilité 27 % plus élevée que l’enfant demande également des soins d’urgence.

Une étude observationnelle à relativiser

Il faut cependant relativiser. Il s’agit d’une étude observationnelle et, en tant que telle, elle doit être prise avec des pincettes. Qui plus est, étant donné que l’étude s’est concentrée sur une pratique générale, les résultats pourraient ne pas s’appliquer facilement ailleurs, disent les chercheurs. Il n’a pas non plus été possible d’évaluer le degré de soutien social que ces familles recevaient de parents, comme les grands-parents, qui ne vivaient pas dans le même ménage.

Mais il y a plusieurs explications possibles pour les résultats, y compris la perception des parents que leurs enfants pourraient être plus sensibles aux problèmes de santé, ou que la dépression parentale pourrait être une conséquence d’une maladie prolongée chez un enfant.

« Les résultats présentés dans ce document suggèrent qu’une évaluation holistique des besoins de la famille, en particulier la santé mentale des parents et le soutien social, peut être une approche efficace pour améliorer la santé et le bien-être des enfants et des jeunes », concluent les chercheurs.

esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.