>
Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est la plate-forme médicale sur Internet. Ici, les médecins ont la possibilité de prendre contact avec Une multitude de collègues et de partager des expériences interdisciplinaires. Les discussions portent à la fois sur les Observations de la pratique, ainsi que des nouvelles Et les développements de la pratique médicale quotidienne.

Non, les jeux vidéo ne rendent pas les adultes plus agressifs

Le jeu vidéo a souvent été pointé du doigt pour expliquer des comportements violents ou des agressions, chez les adultes. Pourtant, une récente étude dément cette affirmation.

Selon des chercheurs de l’Institut Max Planck pour le développement humain et de la Clinique universitaire Hambourg-Eppendorf en Allemagne, jouer à des jeux violents pendant de longues périodes ne rend pas les adultes plus agressifs.

Une nouvelle étude menée par Simone Kühn a examiné l’influence de la violence du jeu vidéo à long terme sur les niveaux d’agression, et a comparé 3 groupes. Le premier groupe jouant à un jeu violent, un autre jouant à un jeu non-violent et un autre n’y  jouant pas du tout. La recherche est publiée dans le journal Springer Nature Molecular Psychiatry.

Des études expérimentales antérieures ont montré que quelques minutes de jeux vidéo violents peuvent influencer les niveaux d’agression et la volonté d’aider les autres. Il y a cependant des raisons de croire que ces effets étaient principalement le résultat de l’exposition à des stimuli spécifiques et des amorces subséquentes qui faisaient partie de ces études.

La recherche actuelle innove parce que c’est la première étude à enquêter sur les effets du jeu vidéo violent à long terme.

Soixante-dix-sept participants ont été répartis en trois groupes. Le premier groupe de 25 personnes a joué au jeu vidéo Grand Theft Auto V tous les jours pendant deux mois. Ce jeu, simulation très proche de la réalité, donne une très grande liberté au joueur. Frapper un inconnu dans la rue, écraser des piétons en voiture ou tuer de sang-froid sont monnaie courante, dans ce titre phare du jeu vidéo. Il est d'ailleurs classé PEGI 18, ce qui signifie qu'il est interdit aux mineurs.

Le deuxième groupe de 24 a joué au jeu de simulation The Sims 3 tous les jours pendant deux mois, tandis que le groupe final de 28 n’a joué à aucun jeu vidéo pendant deux mois.

Avant et après la période de deux mois, Kühn et son équipe ont noté le niveau d’agressivité et d’empathie des participants, leurs compétences interpersonnelles, leur impulsivité, leur anxiété, leur humeur et leur contrôle. Ces caractéristiques ont toutes été déterminées à l’aide d’une batterie de tests comprenant des questionnaires et des évaluations comportementales informatisées.

Les chercheurs n’ont trouvé aucun changement significatif dans aucune des variables évaluées, en particulier pas dans les niveaux d’agression au fil du temps dans l’un des trois groupes. Seulement trois des 208 tests statistiques effectués ont montré des changements significatifs qui pourraient faire allusion à un comportement plus violent, et ceux-ci sont expliqués par coïncidence.

Deux mois après que les participants ont arrêté de jouer aux jeux vidéo quotidiens, il n’y avait toujours aucune différence dans leurs niveaux d’agression. Cela était également vrai pour leurs mesures d’empathie, de compétences interpersonnelles, d’impulsivité, d’anxiété, d’humeur et de contrôle exécutif. « Nous n’avons pas trouvé d’effets négatifs pertinents en réponse à un jeu vidéo violent », explique Kühn. « Le fait que nous ayons évalué plusieurs domaines, sans trouver d’effet dans aucun d’entre eux, rend la présente étude la plus complète dans le domaine. »

Les résultats fournissent des preuves solides contre les effets négatifs fréquemment discutés de jouer à des jeux vidéo violents chez les adultes. Kühn espère que cela fournira une perspective scientifique plus réaliste sur les effets du jeu vidéo violent dans la vie réelle, et que des études similaires seront réalisées en utilisant les enfants comme participants. « L’American Psychological Association a récemment résumé les conclusions précédentes sur les jeux vidéo violents comme indiquant qu’ils constituent un facteur de risque pour les résultats indésirables, y compris une agression accrue et une diminution de l’empathie.

Les résultats de cette étude contredisent clairement cette conclusion », a ajouté Kühn.