>
Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est la plate-forme médicale sur Internet. Ici, les médecins ont la possibilité de prendre contact avec Une multitude de collègues et de partager des expériences interdisciplinaires. Les discussions portent à la fois sur les Observations de la pratique, ainsi que des nouvelles Et les développements de la pratique médicale quotidienne.

Mammorisk, un logiciel pour évaluer le risque de cancer du sein

Mieux vaut prévenir que guérir. Une startup française vient de dévoiler un logiciel capable d’évaluer le risque de cancer du sein, pour adapter les dépistages.

Mieux vaut prévenir que guérir. Une startup française vient de dévoiler un logiciel capable d’évaluer le risque de cancer du sein, pour adapter les dépistages.

L’opération Octobre Rose est terminée, mais le cancer du sein reste un sujet d’actualité important. C’est en effet le cancer le plus fréquent chez la femme et une des principales causes de mortalité chez ces dernières.

Les médecins utilisent déjà un ensemble de données pour déterminer les risques de développer un cancer de sein chez la femme : les antécédents familiaux, l’âge de la patiente, mais aussi le fait d'avoir déjà eu ou non recours à une biopsie mammaire finalement négative.

Ce logiciel, développé conjointement par  l'Institut Gustave Roussy et Statlife, vient inclure un quatrième facteur : la densité mammaire. Concrètement, celle-ci mesure la différence entre les tissus graisseux et les tissus glandulaires et canalaires dans le sein.

Adapter la fréquence des dépistages

L’objectif du logiciel est de pouvoir donner un score de risque de développement d’un cancer du sein, afin d’adapter le dépistage chez les patientes. Autrement dit, espacer les dépistages si le score est faible, mais les renforcer au contraire, si le risque est plus élevé. Ainsi, le parcours de soin des patientes est moins anxiogène.

"Les femmes avec la densité la plus élevée ont 4 à 6 fois plus de risque de cancer du sein que les femmes dont les seins sont presque entièrement constitués de tissu adipeux", rapporte la startup Statlife.

Aujourd’hui en France, le dépistage est déjà encadré avec la prescription d’une mammographie tous les deux ans pour les femmes de 50 à 74 ans. Elle est parfois également complétée par une échographie. Enfin, l’Institut National du Cancer recommande un examen clinique des seins par un professionnel de la santé tous les ans, dès la 25e année.