>
Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est la plate-forme médicale sur Internet. Ici, les médecins ont la possibilité de prendre contact avec Une multitude de collègues et de partager des expériences interdisciplinaires. Les discussions portent à la fois sur les Observations de la pratique, ainsi que des nouvelles Et les développements de la pratique médicale quotidienne.

Lille en lice pour accueillir l'AEM : retour sur sa candidature et le rôle de l'Agence Européenne du Médicament

L’Agence Européenne du Médicament, basée à Londres depuis sa création en 1995, doit déménager suite au Brexit. Parmi les 19 villes-candidates, Lille en fait partie et sa candidature est fermement soutenue par la Ministre de la santé, Agnès Buzyn. Revenons sur le rôle de l’AEM et les avantages que cela représenterait si Lille était retenue.

L’Agence Européenne du Médicament doit quitter Londres pour cause de Brexit et ce ne sont pas moins de 900 employés hautement qualifiés qui suivront. Lille a été désignée candidate de l’Hexagone, éliminant Paris et Lyon, et fait face à une forte concurrence.

Qu’est-ce que l’Agence Européenne du Médicament ?

L’Agence Européenne du Médicament (AEM) a été créée en 1995 dans l’objectif de « garantir l’évaluation scientifique, le contrôle et le suivi de la sécurité des médicaments à usage humain et vétérinaire dans l’UE », selon la description sur son site. Elle fédère des milliers de scientifiques pour réaliser des études permettant d’autoriser ou non des traitements. L’AEM collabore également avec les institutions nationales, comme l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) en France

L’AEM favorise l’innovation dans le secteur pharmaceutique et le développement de nouveaux médicaments par des entreprises européennes et s’engage à une excellence scientifique dans l’évaluation et la supervision de médicaments.

C’est donc à l’AEM que sont soumises les demandes européennes d'autorisation de mise sur le marché (AMM) d’un médicament. Son autorité s’exerce sur les agences nationales. Si un médicament est autorisé à être mis sur le marché, les agences nationales se plie à la décision sans examen complémentaire.

Grâce à son réseau de pharmacovigilance, les médicaments qui engendrent des effets indésirables remettant en question le bénéfice/risque pour le patient sont surveillés, réévalués et éventuellement retirés de la vente. 

Pour enrayer les nombreux conflits d’intérêts que l’agence a pu connaître ces dernières années, les décisions de mise sur le marché de médicament doivent être prises par une autorité neutre et indépendante, dotée des compétences nécessaires. 

Sa lenteur dans sa prise de décision dans l’affaire du Médiator lui a également porté un coup. Alors que les Fenfluramines et Benfluorex ont été interdits à la vente dès 1997 aux Etats-Unis et en Suisse, il aura fallu attendre 2009 avant que l’AEM interdise les médicaments à base de ces molécules.

L’AEM emploie 900 fonctionnaires européens et accueille chaque année des milliers d’experts, autant dire que passer outre le symbolique, les enjeux économiques sont colossaux pour sa future ville d'accueil. 

La Candidature de Lille soutenue par Agnès Buzyn

Déjà 1993, Lille avait failli remporter le siège de l’Agence Européenne du Médicament, arrivant en deuxième position derrière Londres, ce qui laisse penser que la capitale des Flandres a toutes ses chances de l’emporter cette fois-ci.

Les concurrents sont nombreux et d’un point de vue général plus attractifs : Amsterdam, Copenhague ou encore Lisbonne et Barcelone font figures de favorites aux regards des employés de l’AEM. Lille qui est peu ou pas connue des agents suscite moins d'enthousiasme.

Activement soutenue par la Ministre de la santé, Agnès Buzyn, la candidature de Lille présente pourtant de nombreux avantages : une aide de l’Etat de 3 millions d’euros pour la construction d’un bâtiment censé accueillir l’AEM, de nombreuses opportunités d’emplois qualifiés pour les conjoint.e.s grâce à la présence de sièges de grandes entreprises internationales comme Décathlon ou du secteur médical comme Eurasanté. Le groupe de travail constitué par la Ministre a également assuré que l’offre scolaire s’adaptera pour assurer l’accueil des enfants des fonctionnaires de l'AEM. Il n’est pas non plus négligeable de rappeler que Lille est au carrefour des grandes métropoles européennes où un Lille-Londres en Eurostar ne dure qu’une heure et demi et que Paris et Bruxelles ne sont qu’à 1 heure de train. 

Un calendrier serré

Les candidatures remises depuis au plus tard le 31 juillet dernier, le sort de l’AEM est désormais entre les mains des 27 pays membre de l’Union Européenne qui voteront le 20 novembre prochain pour déterminer la ville gagnante.

Le déménagement est prévu pour 2019, ce qui laisserait à peine plus d’un an pour mettre en place les promesses de candidature de la ville retenue.