Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est la plate-forme médicale sur Internet. Ici, les médecins ont la possibilité de prendre contact avec Une multitude de collègues et de partager des expériences interdisciplinaires. Les discussions portent à la fois sur les Observations de la pratique, ainsi que des nouvelles Et les développements de la pratique médicale quotidienne.

L’hypoglycémie : l’urgence aiguë la plus fréquente dans le diabète

Chez les diabétiques, l’hypoglycémie peut se révéler grave et entrâiner des conséquences à long terme ou des comportements irrationnels chez les malades.

L’hypoglycémie est l’urgence aiguë la plus fréquente dans le diabète.

L’hypoglycémie est la situation d’urgence la plus courante chez les personnes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2 qui sont traitées par l’insuline ou l’hypoglycémie orale. L’hypoglycémie peut entraîner une perte de conscience dans les cas graves et des troubles du rythme cardiaque ou même un accident vasculaire cérébral chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires.

L’hypoglycémie fréquente semble également favoriser le développement de la démence à long terme. Les personnes atteintes de diabète et leurs familles devraient donc être au courant des signes possibles d’hypoglycémie afin de prendre rapidement des contre-mesures en cas d’urgence. Outre la pâleur, la transpiration, les palpitations, les palpitations, les palpitations, les envies, les maux de tête, les étourdissements, les troubles de la conscience ou de la parole, les changements de caractère tels que les comportements agressifs, qui peuvent même conduire à la violence, sont un symptôme possible. Les médecins attirent l’attention sur ce point et conseillent aux personnes concernées et à leurs proches de s’adresser au médecin traitant dans de tels cas. Cela s’explique par le fait que le comportement est souvent mal interprété et met à rude épreuve les relations familiales et partenariales.

Le traitement du diabète est un acte d’équilibre : un taux de glycémie trop élevé peut endommager les vaisseaux sanguins et les nerfs à long terme. En cas de surdosage de médicaments ou d’insuline, il existe un risque d’hypoglycémie : si la glycémie descend en dessous de 70 mg/dl (3,9 mmol/l) et que les symptômes mentionnés se manifestent, on parle d’hypoglycémie.

Le diabète de longue durée, l’âge et la dysfonction rénale augmentent le risque. L’hypoglycémie est la complication aiguë la plus courante du diabète sucré. Plus la glycémie est stable, plus le risque d’hypoglycémie est faible. En outre, les personnes atteintes de diabète devraient prendre au sérieux les symptômes d’hypoglycémie et, s’ils surviennent, les éliminer systématiquement en absorbant des glucides rapidement absorbables sous forme de glucose ou de boissons sucrées.

Les premiers signes peuvent comprendre la transpiration, des tremblements ou des palpitations. Dans le cas d’hypoglycémie grave, un manque de sucre dans le cerveau peut entraîner des problèmes de concentration, d’élocution ou de vision, des étourdissements, des crampes ou une perte de conscience. Cependant, si un changement de nature tel qu’un comportement agressif se produit, les parents sont irrités et ne reconnaissent pas la personne affectée. Chaque personne atteinte de diabète réagit individuellement à l’hypoglycémie. Certains deviennent très impulsifs, insultent leurs partenaires, par exemple, et repoussent l’aide. Si le taux de sucre dans le sang se normalise, les personnes atteintes souffrent souvent d’une « déchirure » et ne peuvent se souvenir de leur comportement agressif, voire violent. Cela a un effet perturbant sur les partenaires de vie et les autres membres de la famille et rend encore plus difficile pour eux de parler de situations aussi désagréables et stressantes.

Une situation qui peut donc devenir réellement handicapante. Il est donc nécessaire d’être suivi de près par son médecin spécialiste et d’impliquer les conjoints et la famille dans le traitement.

Sources :

Edridge CL et al. Prevalence and Incidence of Hypoglycaemia in 532,542 People with Type 2 Diabetes on Oral Therapies and Insulin: A Systematic Review and Meta-Analysis of Population Based Studies. PLoS One 2015; 10: e0126427
Kalscheuer H et al. Diabetic emergencies: Hypoglycemia, ketoacidotic and hyperglycemic hyperosmolar nonketotic coma. Internist (Berl) 2017; 58: 1020-1028