L'étrange cerveau du plus grand grimpeur du monde

Alex Honnold, est considéré comme le maître de l'escalade libre en solo, une discipline qui implique l'ascension de parois verticales sans l'aide de cordes, de harnais ou de tout autre équipement de protection. Et cela lui confère un cerveau plutôt étonnant.

Si vous faites une erreur lors de ces ascensions, vous mourez.

Alex Honnold, un Américain d'un peu plus de trente ans, est considéré comme le maître de l'escalade libre en solo, une discipline qui implique l'ascension de parois verticales sans l'aide de cordes, de harnais ou de tout autre équipement de protection.

Comment Alex Honnold peut-il faire ce qu'il fait ? Comment ne pas avoir peur ou, si c'est le cas, comment le contrôler ?

La neuroscientifique cognitive Jane Joseph de l'Université de médecine de Caroline du Sud mène des études sur le cerveau de personnes qui recherchent des sensations fortes et qui sont prêtes à prendre des risques pour les vivre. En 2016, le Dr Joseph a voulu étudier le comportement de l'amygdale d'Alex Honnold, le jeune californien célèbre pour son ascension à la limite du suicide.

 La recherche s'est concentrée sur l'amygdale, la partie du cerveau qui agit comme une unité de contrôle des émotions et de la peur en particulier. L'investigation a fait appel à la technique fonctionnelle d'imagerie par résonance magnétique (IRMf), qui implique l'utilisation de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) pour évaluer la fonction des organes, d'une manière qui complète l'imagerie morphologique. Cette technique permet de visualiser la réponse hémodynamique (changements dans la teneur en oxygène du parenchyme et des capillaires) liée à l'activité cérébrale neuronale.

Principalement, le studio a essayé de répondre à deux questions : Tout d'abord, si Honnold avait une amygdale saine. Deuxièmement, ce qui l'a poussé à entreprendre quelque chose d’aussi dangereux.

Le Dr Joseph n'a rien trouvé de pathologique dans le cerveau de Honnold. Son amygdale était présente et ne semblait pas endommagée. Cependant, il n'a montré aucune activité, même lorsque l'équipe de recherche a montré une série d'images destinées à obtenir des réactions (photos de cadavres, d'une eau débordante de fèces, d'alpinistes planant au bord des précipices). Un autre grimpeur, utilisé comme contrôle, a réagi comme prévu, mais l'amygdale de Hannold est resté silencieux. S'il y avait eu des lésions visibles dans l'amygdale ou si la maladie d'Urbach-Wiethe avait été trouvée, il y aurait eu de fortes raisons de soupçonner que son comportement imprudent découlait de ce dommage ; mais il ne l'a pas été. Y a-t-il peut-être trop peu de dommages à détecter ? Ou peut-être qu'un mécanisme supprime l'amygdale ? Peut-être que le cortex frontal a un rôle à jouer à cet égard ?

La réponse à la récompense a également montré des résultats intéressants. Ce qui normalement déclenche des réactions, Hannold ne l'a pas fait. Fondamentalement, selon Joseph, Honnold est à la recherche de sensations extrêmes. Les tâches de récompense de base n'étaient pas assez intéressantes pour lui. L'hypothèse est que les chercheurs de sensations fortes, comme lui, ont besoin de stimuli vraiment puissants pour augmenter le circuit de dopamine qui rend l'expérience enrichissante.

D'un point de vue clinique, il semblerait que Honnold n'éprouve pas de peur. Du moins pas de la même façon que la plupart des gens le font. Ou, si vous en faites l'expérience, il faut des stimuli beaucoup plus élevés que ceux qui ont été mesurés auparavant en neurobiologie. Il se peut que Hannold se soit habitué à grimper dans le vide, à tel point qu'il ne le considère plus comme un stimulus suffisant pour déclencher le circuit de la peur. Cette conclusion ouvre d'intéressants domaines de recherche sur la peur, en partant de l'hypothèse que l'habitude peut l'affaiblir d'une manière ou d'une autre. Ce que Honnold a en grande quantité, d'un point de vue neurologique, c'est la tendance à rechercher des sensations fortes, une pulsion presque le double de la moyenne.

Source : Mackinnon JB. The Strange Brain of the World’s Greatest Solo Climber. Nautilus

esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.