Les 5 points forts du programme santé de François Fillon, par le Dr. Bernard Kron

None

F. Fillon a fait le diagnostic d'un système à bout de souffle, qui a besoin d'être "profondément réformé". Je partage ce diagnostic.

1°) La place et le rôle de l'Etat devrait être revue

Le système de santé  « à la française » est fondé sur la délégation du service public par l'Etat au secteur privé, ce que n'a jamais accepté une partie de l'élite française de gauche comme de droite.  Le recentrage de l'Etat défendu par Fillon sur la stratégie de santé publique et sur son rôle de régulateur du système vise à mettre fin à cette étatisation de la gouvernance.

En effet, les Ordonnances Juppé de 1996, les lois de 2002 (Kouchner), la Loi Bachelot de 2009, les ARS(26 Agences Régionales de santé) et la loi Touraine ont étatisé la médecine. Voyons quelle est sa thérapeutique, son coût et sa crédibilité.

En 2007 Fillon déclarait « Nous sommes à la tête d’un Etat en faillite ! ». Depuis cette date avec plus de 2 200Mds de dettes la situation s’est encore dégradée avec pour la Sécu 160Mds de dettes et 30Mds pour nos hôpitaux.

2°) Réorganiser la Sécu et son système de couverture : 

Il veut « Imposer l’équilibre des comptes de l’assurance maladie ». Cette mesure relève-t-elle de l’incantation dans le plus pur style de la politique volontariste où est-elle crédible? L’équilibre des comptes de la Sécu est un serpent de mer. Le déséquilibre est structurel. Les sommes qui rentrent sont immédiatement dépensées. 

Fillon veut « ramener la Sécu à l'équilibre d'ici à la fin du quinquennat » en faisant 20 milliards d'économies en cinq ans sur les soins redondants ou inutiles, la non-observance des prescriptions, le recours excessif à l'hôpital,  les fraudes, les abus et la « bureaucratie excessive.

Un reste à charge zéro:  Fillon a réaffirmé son objectif de « reste à charge zéro » d'ici à 2022 sur les dépenses de santé coûteuses (optique pour les adultes, prothèses dentaires, audioprothèses et dépassements d'honoraires), grâce à un nouveau partenariat Sécu/complémentaires.

"Je vise d’ici à 2022 un reste à charge zéro pour les postes de dépenses qui sont à l’origine du plus grand nombre de renoncement aux soins, donc naturellement pour l’optique pour les adultes, les prothèses dentaires et les audioprothèses, ou encore les dépassements d’honoraires. Nous pouvons y arriver grâce à ce nouveau partenariat avec les organismes complémentaires. J'ajoute que dès 2017, la Sécurité sociale remboursera à 100 % les lunettes pour les enfants."

Le cout de ces mesures chiffrées par un organisme indépendant serait raisonnable estimé à 280 millions d’euros.

Tiers-payant généralisé: S'il est élu, François Fillon confirme qu'il supprimera l'obligation d'appliquer le tiers payant (article 83 de la loi Touraine). C’est une bonne mesure car la profession de médecin doit rester libérale pour être efficiente.

AME : François Fillon souhaite supprimer l'Aide médicale d'État (AME) dont le cout est d’un Md/an et la « remplacer par une dispense de frais de santé strictement contrôlée » en cas d'urgence et de maladies graves ou contagieuses.

Définir le « panier de soins » que la Sécu prendrait en charge. Frédéric Bizard soutient que la France a un niveau de reste à charge supportable (8 % contre une moyenne mondiale de 20 %), « l'un des plus faibles au monde », et rappelle que 95 % des Français sont couverts par une complémentaire santé.

"On entend souvent dire que le problème du reste à charge provient des prix libres trop élevés des professionnels de santé, or aucune preuve n'étaye ces accusations », affirme l'expert. Les dépenses de soins de ville en France sont parmi les moins élevées en part de dépenses totales des pays développés."

Mettre en place « une franchise médicale universelle, en fonction des revenus » : elle remplacerait les actuelles franchises. Là encore plusieurs pays ont une franchise unique. L’assurance santé n’intervenant qu’au-delà. Elle n’y est pas proportionnelle aux revenus.

Créer « une agence chargée de réguler les contrats de complémentaires santé »: les compléments d'honoraires des médecins représentent  2,5 milliards d'€/an. Ils pourraient être couverts par les complémentaires qui consacrent 8 milliards à leur budget publicitaire. Dans le cas qui nous occupe, cette agence étatique interviendrait sur la partie de la couverture soumise au choix, c’est-à-dire la part des mutuelles. Reste à savoir comment.

Mettre « fin à la généralisation du tiers payant » qui donne le sentiment au patient que la médecine est gratuite et qui conduit à des abus. Le Tiers payant généralisé n’est pas une demande de la plupart des patients. Quant aux médecins, l’immense majorité d’entre eux le rejette essentiellement parce qu’il entraîne un surcoût et un surcroît de travail administratif.

La question de la sélection du risque et des dépenses de fin de vie: Certains ne manqueront pas d’opposer à ce raisonnement imparable la manie des assureurs de sélectionner le risque. Les prix baisseront, diront-ils, pour les jeunes en bonne santé, et augmenteront pour les vieux malades. Le coût de la santé pour les seniors est en effet très lié aux derniers mois de vie, et même aux dernières semaines. Le moment vient sans doute de régler ce sujet en prévoyant d’autres modes de financement des soins pour ces sujets spécifiques, spécialement en faisant jouer les actifs successoraux.

3°)  Favoriser la Médecine libérale :

Une place particulière à la médecine libérale "Remettre les médecins libéraux au cœur du système de soin".  Cette promesse n’est elle là que pour endormir la méfiance des médecins dits « libéraux » ? Cette incantation utilisée depuis des décennies a toujours été le préambule à des actes hostiles à la médecine libérale. C’est une rengaine que ne vont croire que ceux qui pensent qu’il y a encore une médecine libérale en France.

Il souhaite évidemment l’abrogation de la loi Touraine et du tiers payant. Il souhaite aussi revaloriser les consultations des médecins, on n’a pas les montants mais il prévient qu’il y aura des contreparties et qu’il faudra que ces médecins remplissent des objectifs de santé publique.

Frédéric Bizard est persuadé que, loin de permettre des économies, les réseaux de soins entraînent un accroissement des dépenses de santé. "Ils conduisent inévitablement à augmenter les volumes du fait d'un effet recours comme on a pu le constater sur le marché américain depuis des années" argumente-t-il.

Vous voulez revaloriser l’exercice libéral. Comment?  "Pendant cinq ans, les médecins ont souffert d’une absence de dialogue et d’une bureaucratisation progressive de leur activité. Je veux leur redonner de la liberté en protégeant les principes fondamentaux de l’exercice libéral qui font l’originalité et l’excellence de la médecine française : la liberté de choix du patient, l’indépendance professionnelle du médecin, la liberté d’installation, mais aussi la rémunération de l’acte à sa juste valeur."

"Je veux rémunérer les médecins et tous les professionnels de santé à la hauteur de leur mérite. Je reviendrai également sur le plafonnement du remboursement des dépassements d’honoraires pour les médecins en secteur II dans les contrats dits « responsables » des complémentaires. Je veux conforter le rôle de la médecine de ville. Priorité sera donnée à la mise en œuvre des parcours de soins dont le médecin traitant sera l’acteur central."

Déserts médicaux : Mettre en place des « incitations pour les médecins généralistes à l’installation dans les déserts médicaux ».  C’est la poursuite de la politique de la carotte déjà en place, sans le bâton. Les politiciens ne conçoivent que des incitations financières et matérielles.

Les véritables incitations sont aussi de bonnes conditions de vie en famille, incluant ce à quoi tout le monde pense : les écoles, les services publics, mais aussi les commerces et les loisirs. (Se reporter en fin d’article). Or ces incitations n’existent plus dans plusieurs territoires parce que le problème de base est le désert, c’est-à-dire ces territoires peu peuplés abandonnés par les services de l’État. Le désert touche aussi Paris et d’autres grandes villes mais pour d’autres raisons : coût élevé du foncier et difficultés de stationnement pour des honoraires du secteur 1 trop bas. 

Afin de combattre les déserts médicaux, Fillon propose de régionaliser le numerus clausus et de développer les maisons médicales et les structures d'urgences de premiers soins. Le principe est de laisser aux professionnels « une grande liberté d'organisation ».  Les maisons médicales resteront vides FAUTE DE CANDIDATS, si on ne  réforme pas le  2éme cycle  c'est-à-dire les stages d’Externat. 1200 maisons médicales ont été  construites pour un cout de 1à 8 millions.

Prévention: "La principale mesure que je propose, c’est la prise en charge par l’assurance-maladie d’une consultation de prévention tous les deux ans pour tous les Français. Elle sera assurée par le médecin traitant qui verra reconnaître son rôle clé dans le « maintien en bonne santé » des Français. Cette consultation sera plus longue qu’une consultation « classique » et elle sera mieux rémunérée."

4°) Réformer les Hôpitaux :

L'hôpital, marqueur clivant avec le retour aux 39 heures QUI serait négocié au plus près du terrain.   

François Fillon affiche très clairement sa volonté de réformer en profondeur les trois branches de la fonction publique. Évitant de parler de fermetures de lits à l'hôpital, l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy veut « rationaliser » la carte hospitalière et poursuivre la logique de la loi HPST, portée par une de ses proches, l'ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Concernant la problématique de la saturation des urgences, François Fillon compte même « réorienter », « reconvertir » voire « fermer » les petites structures. Il promeut le retour aux 39 heures de travail hebdomadaire, la création d'hôtels hospitaliers et un label « hôpital France » pour exporter le savoir-faire français.

Au chapitre hospitalier, il met en avant l'autonomie des établissements en matière de statut des personnels, rémunération, temps de travail, et marchés publics. Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) seraient transformés en groupements de santé de territoire (GST) « pour les ouvrir au maximum aux cliniques privées et aux médecins libéraux ». Un label « Hôpital France » doit permettre d’exporter le savoir-faire hospitalier tricolore.

Envisagez-vous, oui ou non, une réduction des effectifs de la fonction publique hospitalière sur la durée du quinquennat?  Il n’y aura pas de réduction des effectifs médicaux et soignants auprès des malades. Le retour progressif aux 39 heures sera négocié au plus près du terrain, là où l’on sait trouver les bons compromis.

Des mesures pour faire des économies à l’hôpital: sa mesure phare est le retour aux 39 heures à l’hôpital mais payées COMBIEN ? Fillon veut réformer les CHU en les recentrant sur l'excellence des soins et de la recherche, en leur donnant les moyens d'internationaliser leur expertise.

Il veut transformer l'hôpital version paquebot immobilier, à la gestion sur-administrée en des structures plus agiles, davantage centrées sur l'innovation technologique et médicale. Pour cela, il faut du personnel administratif moins nombreux, du personnel soignant mieux reconnu et mieux rémunéré. Il parle de "déshospitaliser" le système de santé pour déplacer le centre de gravité vers l'ambulatoire.

Parmi ses propositions pour faire des économies il veut aussi revoir la carte hospitalière, c’est à dire fermer des petits hôpitaux. C’est une recommandation faite chaque année par la cour des comptes. F. Fillon souhaite des hôpitaux plus loin mais avec des plateaux techniques de haut niveau et des structures de petites urgences au niveau local.

5°) Son point faible comme pour tous les candidats est l’organisation du système de soins qui est par trop administrée:

Saura-t-il la corriger ? Ce serait un gisement d’économies et d’efficience considérable… 

Les agences ARS : Echec des ARS/Trop administratives et tatillonnes ! Quel sera le rôle de la nouvelle agence nationale de régulation de la couverture solidaire que vous souhaitez mettre en place? "Elle aura la charge de faire vivre ce partenariat avec les organismes complémentaires. Elle contrôlera l’évolution des cotisations des complémentaires, la maîtrise de leur frais de gestion, la clarté des contrats et la qualité et la sécurité des prestations remboursées. Dans ce domaine, il faut un maximum de transparence?! Elle réunira des représentants de l’État, de la Sécurité sociale, des complémentaires et des professionnels de santé."

L'organisation : une étude récente de l’OCDE montre que le coût du gaspillage varie selon les pays de 20 à 50 % de leurs dépenses de santé. "Nous traquerons tous les problèmes d’organisation qui créent de la non-qualité dans notre système de soins : amélioration de la coordination des soins avec les parcours de soins ; fin de l’hospitalo-centrisme ; réduction des soins inutiles ou redondants ; renforcement de la prévention ; lutte contre les fraudes ; coûts administratifs excessifs."

Les études de médecine: Ce serait la base des réformes pour régler la pénurie de MG en revenant à la formation élitiste que permettait l’Externat par Concours.

Télémédecine: Fillon promet un « remboursement incitatif des actes de télémédecine » et se fixe l'objectif de garantir une offre de téléconsultation sur tout le territoire.  

DMP: Il veut développer la télémédecine, le dossier médical personnel, c’est un dossier où toutes vos données de santé sont conservées. Le dossier médical c’est l’arlésienne: Intégrer ces données dans une carte vitale infalsifiable SERAIT UNE BONNE SOLUTION.

Telles sont les grandes lignes du projet santé de François Fillon. J'en développerai les points forts avec André Bercoff dans l'émission "Bercoff dans tous ses états" sur SudRadio 99.9 le 20 Avril 11h30/12h30. 

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.