Le syndicat national des gynécologues menace de ne plus pratiquer l’IVG

Pour faire entendre ses revendications, le Syngof a menacé d’appeler ses membres à ne plus pratiquer l’interruption volontaire de grossesse, provoquant la colère des associations et de l’Ordre des Médecins.

Pour faire entendre ses revendications, le Syngof a menacé d’appeler ses membres à ne plus pratiquer l’interruption volontaire de grossesse, provoquant la colère des associations et de l’Ordre des Médecins.

Tout commence par un message diffusé dans une newsletter à ses membres. Le Syndicat National des Gynécologues y demande à ses membre d'être « prêts à arrêter la pratique des IVG ».

Et ce n’est pas le premier coup d’éclat de ce syndicat. Déjà en septembre dernier, son président Bertrand de Rochambeau déclarait sur la chaîne TMC qu’il avait renoncé à pratiquer l’IVG, car il s’agissait selon lui « d’un homicide ».

Provocation délibérée

Mais cette brutale déclaration est en réalité une provocation destinée à attirer l’attention des médias, afin de rencontrer au plus vite la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Newsletter IVG

En cause, le vote d’un amendement au projet de loi santé, toujours en discussion au parlement, à propos des fonds d’assurance des médecins gynécologues.

« Le fonds de garantie créé en 2012 pour couvrir les trous de garantie des assurances qui sont plafonnées ne concerne pas la période entre 2002 et 2012 », explique le Dr Marty, ancien président du syndicat.

Or « une quinzaine de gynécologues n’ont pas de couverture pour la part de leur condamnation (dans le cadre de sinistres graves liés à la pratique de leur profession ndlr) qui dépasse le plafond », indique la newsletter publiée par le Syngof. Et parfois « les sommes peuvent atteindre des 10 -12 millions d’euros », poursuit Jean Marty. Et « alors que le ministère nous avait promis de régler le problème avec la loi de santé, il nous a annoncé que celui-ci serait traité à la fin de l’année », précise-t-il.

Une revendication qui n’a donc aucun rapport avec l’IVG !

« Prise d’otage des femmes »

Ce chantage a provoqué de nombreuses réactions, à commencer par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui a déclaré « qu’en aucun cas une telle prise en otage des femmes ne peut servir de levier de négociation ou de médiatisation de ce dossier que le ministère suit de très près ».

L’Ordre des Médecins, de son côté, a sévèrement condamné l’attitude du syndicat national des gynécologues via un communiqué de presse où il explique que, « quelles que soient les revendications des médecins adhérents au Syngof quant à leur couverture assurantielle, ils ne sauraient à ce seul motif mettre en difficulté des femmes, en se retirant de soins auxquels la loi leur donne accès. »

esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.