La lèpre, une infection toujours actuelle!

La première mention connue de la lèpre remonte à plus de 2600 ans déjà. Elle est considérée comme très stigmatisante, les malades se faisant très souvent rejeter par leur famille et mettre au ban de la société. Aujourd’hui, on en entend beaucoup moins parler, et pourtant,

La première mention connue de la lèpre remonte à plus de 2600 ans déjà. Elle est considérée comme très stigmatisante, les malades se faisant très souvent rejeter par leur famille et mettre au ban de la société. Aujourd’hui, on en entend beaucoup moins parler, et pourtant, c’est une maladie toujours bel et bien présente, qui constitue un problème de santé publique dans les pays les moins avancés.

Petit retour sur la pathologie : La lèpre est causée par une infection par le mycobacterium leprae, appelé aussi bacille de Hansen, un bacille acido-alcoolo résistant. Cette mycobactérie a un tropisme particulier pour la peau et les cellules de Schwann humaines, et se transmet de façon directe interhumaine par voie aérienne (goutelettes buccales ou nasales). Ceci dit, la transmission nécessite des contacts étroits et rapprochés avec un sujet infecté et non traité.

On classe la lèpre en plusieurs formes, selon la symptomatique :

– lépromateuse (la plus contagieuse)

-tuberculoïde

-interpolaire / borderline

– neurologique  pure.

De plus, on distingue les formes paucibacillaires (PB) des formes multibacillaires (MB), ces dernières seulement  ayant un pouvoir de contagion. La différence entre ces deux formes est déterminée par la réponse immunitaire à médiation cellulaire du malade.

Aujourd’hui, il existe des traitements recommandés (par schémas standardisés) par l’OMS : il s’agit d’une polychimiothérapie (PCT), selon les  formes PB/MB. Il repose sur l’association de 3 antibiotiques : la rifampicine, le dapsone  et la clofazimine. En alternative peuvent être administrés l’ orofloxacine , la minocycline et/ ou la clarithromycine. Grâce à ce traitement, on peut guérir de cette infection définitivement en 6 à 24 mois si elle est détectée à temps! Il est également à noter que jusqu’ici, il n’y a pas eu de résistance au traitement.

Pour combattre la lèpre donc, l’OMS met ce traitement gratuitement à la disposition de tous les sujets atteints dans le monde depuis 1995, ce qui a permis de considérablement diminuer son incidence mondiale! Malgré cela, la lèpre reste un problème de santé publique : on compte en effet plus de 200 000 nouveaux cas par an dans le monde. Elle reste donc une maladie endémique en Asie (en Inde principalement et en Asie du Sud-Est en particulier), en Afrique, en Amérique latine, au Moyen-Orient et aux Caraïbes. En Europe, bien qu’elle ne soit plus endémique, on enregistre tout de même environ 20 nouveaux cas par an en France (chez des patients originaires de DOM-TOM, surtout de Mayotte , ou de pays d’endémie).

Pourquoi les pays les moins avancés représentent toujours une zone endémique ?

Tout d’abord, le taux de multiplication du virus est très bas et la bactérie a donc une période d’incubation longue de 5 à 20 ans, durant laquelle une dissémination avant diagnostic est possible! D’autres facteurs impliqués sont les conditions environnementales défavorables par la promiscuité, la sous-alimentation, mais aussi facteurs génétiques ! Par exemple, le gène PARK2, certains  gènes de la région HLA, et le gène du Rc Toll-like 2 selon sa forme augmenteraient le risque de développer la maladie.

Que faire alors pour réduire l’incidence de la maladie et atteindre l’objectif universel fixé  au seuil de prévalence mondial  de 1cas/10 000 habitants ?

En mesure de prévention, il s’avère que la vaccination par le BCG permettrait une protection de quelques années  chez les enfants. Puis, l’OMS, en plus de la mise à disposition de la PCT antihansénienne met en place une stratégie de 2011 à 2015 visant à se concentrer davantage sur les régions mal desservies et les zones inaccessibles, et à améliorer la gestion des dossiers, le suivi des malades, la recherche de leurs contacts et leurs surveillances au sein des programmes nationaux. Enfin, il est important de souligner que changer l’image de la lèpre est un point qui pourrait améliorer fortement l’élimination de la maladie, car cela favoriserait la consultation spontanée et alors le traitement précoce des malades, en diminuant la dissémination.

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.