>
Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est la plate-forme médicale sur Internet. Ici, les médecins ont la possibilité de prendre contact avec Une multitude de collègues et de partager des expériences interdisciplinaires. Les discussions portent à la fois sur les Observations de la pratique, ainsi que des nouvelles Et les développements de la pratique médicale quotidienne.

Stopper le développement d'Alzheimer avec de l'Ibuprofène ?

Une récente étude montre que l'Ibuprofène serait un excellent moyen de stopper la progression de la maladie d'Alzheimer.

La dernière étude épidémiologique établit un impact positif des anti-inflammatoires non stéréodiens (AINS) sur la maladie d’Alzheimer et ouvre la voie au traitement préventif.

Les scientifiques ont proposé qu’une fois que les personnes à risque de développer la maladie d’Alzheimer ont été identifiées, une prophylaxie à faible dose d’ibuprofène pourrait être injectée pour arrêter la maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer est la principale cause de démence chez les personnes âgées dans le monde entier. L’Alzheimer’s Association a estimé qu’environ 5,7 millions d’Américains vivent ou ont reçu un diagnostic de cette maladie. Bien que la cause et la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer fassent encore l’objet d’un examen minutieux, on comprend maintenant qu’un agrégat protéique, le bêta-amyloïde, pourrait jouer un rôle central dans la maladie.

Cette protéine s’accumule et forme des plaques dans le cerveau des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou à risque. L’augmentation des niveaux de bêta-amyloïde, en particulier le bêta-amyloïde 42 (Abeta 42) peut interférer avec les mécanismes normaux de construction de la mémoire et de comportement dans le cerveau.

Bien qu’Abeta 42 et d’autres peptides bêta-amyloïdes soient suggérés pour jouer un rôle dans l’apparition clinique de la maladie d’Alzheimer, Abeta 42 peut également agir comme biomarqueur essentiel pour le dépistage des personnes présentant un risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Une étude récente menée par le Dr Patrick McGeer, chef de la direction de la société canadienne Aurin Biotech, a révélé que les personnes à risque élevé présentent le même niveau d’Abeta 42 dans leur salive qu’un patient atteint de la maladie d’Alzheimer à part entière. S’il se trouve à des niveaux élevés, il pourrait poser un risque de maladie d’Alzheimer dans un avenir proche pour la personne.

Le Dr McGeer a qualifié ce test salivaire, de « véritable percée » dans la recherche en cours sur la maladie d’Alzheimer puisqu’il « indique une direction dans laquelle la maladie peut être éliminée ». Le Dr McGeer propose, avec l’appui d’une autre étude récente, qu’une fois que les personnes à risque élevé ont été identifiées par un test de dépistage de la salive, un AINS à faible dose comme l’ibuprofène puisse être amorcé comme traitement prophylactique contre la maladie d’Alzheimer.

Des études épidémiologiques menées par le Dr McGeer et son équipe à la fin de 2017 ont révélé que les AINS peuvent aider à réduire les niveaux d’Abeta 42, ce qui déclenche une réaction inflammatoire. La proposition des chercheurs est donc simple : prescrire de l’ibuprofène à faible dose dès que des tests salivaires positifs sont confirmés, afin d’arrêter la maladie d’Alzheimer dans sa trajectoire.

L’âge moyen pour développer la maladie est de plus de 65 ans ; le Dr McGeer recommande aux gens d’effectuer un test de salive au moins 10 ans avant le traitement prophylactique à l’ibuprofène afin de pouvoir commencer la thérapie suffisamment en avance.

Cette corrélation entre un médicament facilement disponible comme l’ibuprofène et une maladie débilitante comme la maladie d’Alzheimer est certainement une découverte révolutionnaire. Cependant, cette hypothèse est critiquée par certains professionnels qui croient qu’il faut faire plus de recherche avant qu’une thérapie AINS à long terme puisse être utilisée pour, peut-être, prévenir la maladie d’Alzheimer.

Sources :
McGeer, P. L.
,McGeer E.G., Kennedy, K., Guo, J. P., Lee, M. (2017). Alzheimer’s Disease Can Be Spared by Nonsteroidal Anti-Inflammatory Drugs. Journal of Alzheimer’s Disease, 62(3), 1219-1222. Doi:10.3233/JAD-170706 
Lee, M., Guo, J., Kennedy, K., Mcgeer, E. G., & Mcgeer, P. L. (2016). A Method for Diagnosing Alzheimer’s Disease Based on Salivary Amyloid-β Protein 42 Levels. Journal of Alzheimer’s Disease,55(3), 1175-1182.
doi:10.3233/jad-160748