Vers une détection précoce des radiations nucléaires…

Une équipe de recherche de l’institut oncologique Dana-Farber de Boston à  l’école médicale de Harvard, menée par le Professeur Dipanjan Chowdhury a publié des résultats très prometteurs ce mois-ci dans Science Transnational Medicine en ce qui concerne la détection précoce de taux de radiations nucléaires suite à une exposition nocive, et leurs

Une équipe de recherche de l’institut oncologique Dana-Farber de Boston à  l’école médicale de Harvard, menée par le Professeur Dipanjan Chowdhury a publié des résultats très prometteurs ce mois-ci dans Science Transnational Medicine en ce qui concerne la détection précoce de taux de radiations nucléaires suite à une exposition nocive, et leurs suites létales ou non.

En effet, une forte action ionisante sur le corps humain mène à un syndrome d’irradiation aiguë qui est dose-dépendant et a des répercussions en priorité sur les systèmes hématopoïétique, gastro-intestinal et cérébro-vasculaire. Le système hématopoïétique est le tissu le plus fragile face à ces radiations mais  son atteinte  n’est décelable pour le moment que minimum 2 semaines après exposition. Or plus on attend, et moins les greffes de moelle deviennent aptes à donner une chance de survie aux personnes exposées à des doses létales de radiations.

Une équipe de chercheurs s’est donc penchée sur une méthode pouvant prédire de façon plus précoce les retentissements néfastes des radiations sur l’organisme, en particulier sur le système hématopoïétique, afin de pouvoir « trier » plus rapidement les victimes de radiation lors d’éventuelles catastrophes/attaques nucléaires, et de pouvoir les prendre en charge plus rapidement,  lorsqu’il est encore temps d’intervenir.

Quel est donc le biomarqueur prédictif qui pourrait alors entrer en jeu si finement dans ce processus de détection ?

Il s’agit des Micro-RNA, dits miRNA, qui sont des molécules ayant un rôle clé dans l’inactivation ou l’activation de l’expression des gènes. Certains sont retrouvés dans le plasma, sous une forme très stable, d’où l’intérêt de leur étude, d’autant plus que l’on peut les obtenir de manière non invasive. Pour le moment, les tests précliniques sur les souris viennent de s’achever sur des résultats concluants et mettant en évidence 5 miRNA (187-3p, 194-5p, 27a-3p, 30a-3p, et  30c-5p) dans le sérum  comme principaux marqueurs du taux de radiation subi, 24 heures seulement après l’irradiation. Après 7 jours, ils permettaient encore de distinguer une différence, mais moins évidente.

Ces taux différents d’irradiations reçus et détectés par cette nouvelle méthode de biodensitométrie « omique »  ont pu également être corrélés à la dose (létale, sublétale) et l’expression clinique (déplétion médullaire, mort dans les 10 jours suivant l’exposition,…). Afin de faire valoir cette étude sur l’Homme, l’équipe de recherche a réitéré les expériences menées sur les souris « de base », sur des souris « humanisées », ayant reçu une greffe de moelle humaine (huCD4+). Sur ces échantillons, ils ont également été capables de détecter les modifications significatives de ces 5 miRNA en fonction de la dose irradiante reçue.

Alors que jusqu’à présent, les méthodes d’estimation de la dose reçue lors d’une irradiation accidentelle reposaient sur des techniques souvent longues et imprécises – telles la déplétion lymphocytaire (globules blancs), l’analyse de l’apparition d’anormalités chromosomiques et l’apparition de symptômes cliniques – , le dosage des miRNA constituerait une méthode rapide, reproductible et facile à mettre en œuvre de détection des doses de radiations reçues ainsi que leur impact létal éventuel.

L’équipe de chercheurs espère maintenant pouvoir mener des essais sur des patients exposés accidentellement aux radiations, en lien avec les instituts qui les prennent en charge. Cependant, les patients atteints ne se présentent pour la plupart pas aussi rapidement devant une équipe médicale. C’est pourquoi les équipes médicales recherchent actuellement d’autres miRNA mettant en évidence les différences de doses et leur impact à plus long terme que ces 5 derniers étudiés.

Sources : institut oncologique Dana-Farber de Boston / esanum

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.