esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.

Des morts aux urgences ... faute de places !

Il y a quelques semaines, une patiente moquée par les services d’urgences du SAMU, perdait la vie tragiquement.

Ces drames tragiques, ne doivent pas faire occulter les problèmes rencontrés aux urgences et à l'hôpital, car dans la chaîne de soins en flux tendu un maillon faible peut céder !

Beaucoup de patients passent des heures, voire une nuit entière, sur des brancards dans des couloirs.

On estime la surmortalité de 9% pour les patients dans les couloirs car on manque - dit-on - de lits ce qui n'est pas la vérité !

Les personnes restent aux urgences dans les couloirs sur des brancards alors qu'elles devraient être hospitalisées, car avec la surcharge, il n’y a pas de gestion coordonnée des lits disponibles !

C'est d'une part un défaut d'organisation; car dispersés dans l'hôpital ils ne sont pas recensés. D'autre part, il ne faut pas oublier que 80% de ces urgences ne sont pas justifiées - cela ne permet donc plus d'identifier les cas graves.

La question centrale qui découle de ces événements doit être posée :

La concentration des hommes des moyens et de la gestion des urgences a démontré ses limites et impose de réformer tout le système.

Le Rapport du ministère de la santé de 2010"Concernant le nombre d’appels pour l’ensemble des SAMU (Métropole et DOM) a estimé leur nombre à environ 31 millions en 2008. 

Ce chiffre est actuellement largement dépassé !

Un autre rapport demandait il y a deux une formation spécifique de 2 ans pour les Agents de régulation (ARM) et une certification des centres : ce n’est pas le cas !

L'Amuf, syndicat des urgentistes demande plus de moyens alors que le problème de fond est la situation de monopole et de concentration des urgences sans aucune discipline des patients, face à la désertification de la médecine libérale.

Ce sujet sera traité sur Sud Radio, le 4 juin, avec André Bercoff.