Covid-19 : le dépistage de masse, une bonne idée ?

En Italie, le débat sur le dépistage de masse fait rage. L'utilité de tests systématiques est très débattue. Comme en France, ils ne sont pour l’instant pratiqués que sur les patients symptomatiques. De nombreuses voix s’élèvent pour demander une modification de cette stratégie jugée inefficace, et de suivre l'exemple sud-coréen.

Le 16 mars, le professeur Sergio Romagnani, immunologiste, a publié une lettre ouverte appelant à un changement de stratégie pour faire face à l'épidémie de COVID-19. Il se fonde sur les premiers résultats d’une étude épidémiologique - réalisée par l'Université de Padoue - pour laquelle un  prélèvement a été effectué chez tous les habitants du village de Vo' (environ 3 300 habitants).

Selon le professeur Romagnani, 50 à 75 % des personnes infectées sont totalement asymptomatiques. Elles représentent néanmoins une source importante de contagion. Le professeur Romagnani estime que pour arrêter la propagation du virus il est essentiel d'identifier le plus grand nombre possible de sujets asymptomatiques et le plus tôt possible.

Selon lui, maintenant que le virus circule largement, il n'est plus aussi important de faire des prélèvements sur les sujets symptomatiques, qui doivent être placés en isolement ou transportés à l'hôpital. Il serait par contre  essentiel d’identifier les personnes infectées mais asymptomatiques, donc non isolées.

Le professeur Romagnani affirme que cela est particulièrement vrai pour les médecins et les infirmières qui sont exposés au virus, développent fréquemment une infection asymptomatique, et continuent à propager l'infection auprès de leurs patients. Il conclut en écrivant qu'il est absolument essentiel d'étendre les prélèvements à la majorité de la population.

L’exemple de la Corée du Sud

La suggestion du professeur Romagnani est de suivre le modèle de la Corée du Sud, l'un des pays les plus touchés par le SRAS-CoV-2 mais dans lequel les contagions semblent en net recul. La stratégie coréenne de lutte contre l'épidémie est basée sur des mesures de quarantaine et un recours massif aux prélèvements, même sur des patients asymptomatiques (jusqu'à 20 000 par jour). Les tests sont effectués dans la rue et à domicile.

La Corée du Sud a mis au point un mode de diagnostic rapide, en installant des installations en drive-in : les conducteurs sont reçus par un personnel protégé par des combinaisons anti-contamination qui effectue divers contrôles (enregistrement, remplissage d'un questionnaire, mesure de la température corporelle, prélèvement rhino-pharyngés, etc.). La procédure prend 10 minutes et les personnes reçoivent les résultats par SMS quelques jours après.

La Corée du Sud utilise sa grande expertise technologique pour informer les citoyens, reconstituer les contacts des personnes infectées et surveiller leurs déplacements. Pour recréer les itinéraires des personnes infectées, ce sont les données GPS, les images des caméras de surveillance et les transactions par carte de crédit qui sont utilisées. Cette stratégie s'est concentrée sur une campagne d'identification de tous ceux qui ont été en contact avec le virus et le confinement sélectif des personnes. Avec des résultats encourageants.

L'OMS appelle à un dépistage massif

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, a déclaré le 16 mars : «Nous avons constaté une augmentation rapide des mesures de distanciation sociale, telles que la fermeture d'écoles et l'annulation de manifestations sportives et autres rassemblements. Mais nous n'avons pas constaté une augmentation de la même intensité en ce qui concerne les prélèvements, l'isolement et la recherche des contacts - épine dorsale de la réponse à la pandémie (…) Le moyen le plus efficace de prévenir l'infection et de sauver des vies est de briser les chaînes de transmission. Et pour ce faire, nous devons mettre en place un dépistage et isoler les personnes infectées. On ne peut pas éteindre un feu les yeux bandés. De même, nous ne pouvons pas arrêter cette pandémie si nous ne savons pas qui est infecté.»

Pour appuyer le fait que les meilleurs résultats sont obtenus par une combinaison de mesures de confinement et de tests systmatiques, des recherches ont été publiées hier dans la revue Science. Selon les auteurs, 86% des cas asymptomatiques et non détectés sont responsables de 79% des infections confirmées. Il apparaît donc que la meilleure stratégie pour lutter contre l'épidémie est de contenir les cas non détectés et, en même temps, d'identifier et d'isoler les positifs asymptomatiques. Les restrictions de mouvement et la distanciation sociale devraient donc être mises en œuvre conjointement avec le dépistage de masse des personnes potentiellement infectées et la recherche de contacts potentiels.

En Italie, les prélèvements uniquement pour les patients symptomatiques

Le ministre italien de la santé, Roberto Speranza, a déclaré au Corriere della Sera : «Nous ne recommandons pas ce type d'approche, elle n'est pas utile. Le prélèvement n'est pas suffisant, c'est la photographie d'un instant. L'incubation du virus dure 14 jours, et la personne qui fait le prélèvement durant cette période n'a que l'illusion d'avoir résolu le problème. La solution est l'isolement : c'est la seule façon de s'assurer qu'il ne sera pas positif, sinon nous avons l'illusion de la négativité, mais peut-être qu'il pourrait être positif deux jours plus tard.»

Nino Cartabellotta, médecin et président de la fondation Gimbe, qui fournit des données sur l’épidémie, explique dans une interview à La Stampa que le nombre de personnes infectées par le COVID-19 est beaucoup plus élevé que celui actuellement enregistré : «Les citoyens pensent que que 7% des personnes infectées meurent, et que 7% supplémentaires vont aux soins intensifs. Mais il s'agit d'une distorsion optique. Il a été décidé à juste titre d'arrêter les prélèvements, en les limitant à des catégories spécifiques. Sinon, nous verrions tous les positifs asymptomatiques ou ceux présentant des symptômes bénins de type grippal, qui, selon la littérature internationale se référant à la Chine, représentent 81% des personnes infectées.
En supposant que la gravité de l'épidémie en Italie soit la même, cela signifie que nous avons au moins 40.000 personnes infectées non recensées. Ils ne risquent rien, mais ils peuvent inconsciemment causer de graves dommages à la santé d'autres personnes, en particulier les plus fragiles avec la surcharge des hôpitaux. C'est pourquoi ils doivent rester à la maison
».

L’apport des récentes découvertes

Le sujet est très débattu par les médecins italiens. Pour nombre d’entre eux, la stratégie actuelle semble être la seule qui soit concrètement efficace, tant du point de vue de l'optimisation des ressources disponibles que du point de vue d'une éventuelle rechute clinique, surtout compte tenu de la faible sensibilité du test actuellement disponible.

D’autres, au contraire, soutiennent l'initiative du professeur Romagnani et demandent un changement de stratégie, sur le modèle sud-coréen. Ils considèrent qu'il est nécessaire de procéder à un dépistage continu des travailleurs de la santé, qui sont exposés quotidiennement à la possibilité d’une contamination.

La question économique est centrale. L’Italie peut-elle supporter le coûts de prélèvements pour toute la population ? Pour certains médecins, ce coût serait moindre que celui de la stratégie actuelle. À cet égard, le professeur Crisanti, coordinateur de l'étude menée à Vo' Euganeo, a déclaré au Corriere della Sera : «C'est un investissement qui, à long terme, permettra de réaliser des économies sur les dépenses hospitalières. Une personne hospitalisée en réanimation coûte entre 2 500 et 3 000 euros par jour. Un test, 30 euros

La rapidité de réalisation du test entre en compte. C’est pour l’instant un obstacle à une stratégie de dépistage massif. Mais on a appris récemment que la Food and Drug Administration vient d’approuver un nouveau test, qui permettra de multiplier par dix la capacité de tester les patients. La FDA a accordé une « autorisation d'utilisation en urgence » au système cobas 6800/8800 de Roche Holding AG. Le système 8800 est capable de tester 4128 patients par jour, tandis que la version 6800 peut en tester jusqu'à 1440.

En Italie, les études nécessaires à l'approbation des certifications d'un nouveau test moléculaire pour l'identification du coronavirus viennent de s’achever. Grâce aux recherches de la multinationale DiaSorin, il sera possible d'obtenir les résultats en 60 minutes.

Il semble y avoir une alternative au test habituel. VivaDiag Covid-19, produit par VivaChek à Hangzhou, en Chine, est un test de diagnostic in vitro pour la détection qualitative des anticorps IgM et IgG dans le sang, le sérum ou le plasma. Cela ne prend que 15 minutes. Selon les tests effectués, un résultat négatif chez le sujet utilisant le kit est sûr à 100% et un résultat positif est très fiable.


Les médecins inscrit.e.s sur esanum peuvent commenter les articles et publier dans nos blogs.


Sources :
Romagnani S. Facciamo dans toute l'Italie comme dans le Vo' (et en Corée du Sud) ? La science sur le net. 16/03/2020
Satin B. La Corée du Sud lutte contre le coronavirus avec ouverture et transparence : prélèvements sur les tapis, isolement et surveillance par GPS pour un taux de mortalité très faible. WeatherWeb. 16/03/2020
Bureau de presse de l'OMS. Discours d'ouverture du Directeur général de l'OMS lors du point de presse sur COVID-19 - 16 mars 2020. 16 mars 2020
Li R, Pei S, Chen B, Song Y, Zhang T, Yang W, Shaman J. Une infection substantielle non documentée facilite la diffusion rapide de nouveaux coronavirus (SRAS-CoV2). La science. 2020 Mar 16. pieux : eabb3221. doi : 10.1126/science.abb3221.
Ministère de la santé. FAQ - Covid-19, questions et réponses. Date de la dernière vérification : 15 mars 2020
L. Cuppini L. Coronavirus et "tampons sur la route" : pourquoi ne les font-ils pas tous ? Corriere della Sera. 15/03/2020
Salvaggiulo G. "Maintenant, nous ne voyons que la partie émergée de l'iceberg. Il y a 40.000 onctions involontaires". La presse. 16/03/2020
Pasqualetto A. Coronavirus, plan Marshall en Vénétie. "Multipliez les tampons." Corriere della Sera. 13/03/2020
Loh T. Le nouveau test de Coronavirus 10 fois plus rapide est approuvé par la FDA. Bloomberg. 13/03/2020
Communiqué de presse de DiaSorin. Diasorin a terminé les études pour soutenir le lancement, d'ici la fin mars 2020, d'un test de diagnostic moléculaire à réponse rapide pour le nouveau coronavirus actuel (COVID-19). 10/03/2020
VivaChek. COVID-19 Dispositif de test rapide IgM/IgG. https://www.vivachek.com/vivachek/English/prods/prod-covid19.html

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.