esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.

Les compléments alimentaires : populaires, mais dangereux ?

C'est un geste banal pour des milliers de français. Une petite vitamine tous les matins. Une récente étude pointe toutefois, le rôle que peuvent jouer les compléments alimentaires dans le développement du cancer des poumons.

Populaire, mais dangereux ? Un regard sur les risques des compléments alimentaires.

Les suppléments vitaminiques sont également largement utilisés dans de nombreux pays européens. Cependant, une étude américaine a montré que les vitamines B6 et B12, prises comme suppléments nutritionnels individuels, peuvent jouer un rôle dans l’incidence du cancer du poumon chez les hommes.

Des études antérieures avaient déjà fourni à la communauté médicale des résultats initiaux, pour la plupart ambivalents, sur les vitamines B et leur relation avec les tumeurs humaines. Cependant, puisque les vitamines B sont devenues l’un des compléments alimentaires les plus populaires au monde, la moindre suspicion qu’elles peuvent favoriser les tumeurs est une raison suffisante pour leur révision.

En regardant une étude avec près de 80 000 participants, Brasky et coll. ont utilisé les données sur le risque de cancer du poumon de la cohorte Vitamin and Lifestyle Cohort (VITAL). Leurs travaux actuels portent sur l’influence des suppléments de vitamine B à long terme sur le risque de cancer du poumon chez 77 participants et 118 participantes.

Tous les participants à l’étude étaient âgés de 50 à 76 ans et ont été recrutés entre 2000 et 2002. Les auteurs de l’étude se sont particulièrement intéressés à la dose quotidienne de vitamines B et de préparations multivitaminées pendant une période d’observation de 10 ans. Au total, 808 cas de cancer du poumon primaire invasif ont été diagnostiqués.

Les vitamines simples peuvent présenter un risque plus élevé pour les hommes.

Par conséquent, les vitamines B6 et B12 n’ont eu aucun effet sur le risque de cancer du poumon dans la cohorte de femmes étudiées. Chez les hommes, cependant, la prise de B6 et de B12 sous forme de suppléments individuels a entraîné une augmentation de 30 % à 40 % du risque de cancer du poumon. Les préparations multivitaminées, qui contiennent également des vitamines B6 et B12, ne semblent pas non plus augmenter le risque de tumeurs chez les hommes.

Les effets des suppléments individuels sur 10 ans ont été particulièrement prononcés pour une dose quotidienne de > 20 mg/jour de vitamine B6 (–1,82 ; IC à 95 %, 1,25 - 2,65) et > 55 µg/jour de vitamine B12 (–1,98 ; IC à 95 %, 1,32 - 2,97).

À partir de ces rations quotidiennes, le risque de tumeurs a doublé par rapport aux personnes qui n’ont jamais pris de suppléments vitaminiques. Brasky et ses collègues ont également montré que le tabagisme augmentait encore plus ce risque. Il est intéressant de noter qu’il y avait un lien entre les vitamines et le type histologique de tumeur pulmonaire, à l’exception de l’adénocarcinome, qui est beaucoup moins souvent associé au tabagisme.

Cette étude montre une fois de plus que les vitamines B6 et B12 sont peu susceptibles de convenir à la chimioprévention du cancer du poumon. Au contraire, ces vitamines — prises sur une plus longue période de temps sous forme de préparations à forte dose — pourraient même être nocives pour les hommes et augmenter leur risque de cancer du poumon.

Conseils pratiques

Les suppléments vitaminiques sont en fait inutiles pour la majorité des patients qui bénéficient d’une alimentation équilibrée. Toutefois, ces préparations provenant de pharmacies et de drogueries sont souvent utilisées sans que l’ingestion à domicile soit correctement contrôlée.

Les médecins devraient donc être plus attentifs à la question des suppléments vitaminiques et fournir à leurs patients des informations actualisées et exhaustives. Les indications, comme une carence en vitamine B12, doivent être discutées avec le patient et l’efficacité de la supplémentation doit être contrôlée par un médecin.

Sources
Brasky TM et al., Long-Term, Supplemental, One-Carbon Metabolism–Related Vitamin B Use in Relation to Lung Cancer Risk in the Vitamins and Lifestyle (VITAL) Cohort. J Clin Oncol 2017; 35(30): 3440-3448.