Mobilisation de cellules souches pour la cicatrisation de la peau

La cicatrisation de la peau est un processus complexe faisant intervenir coagulation, inflammation, migration et prolifération des cellules locales et remodelage tissulaire. S’il s’agit principalement d’une coordination entre cellules locales et cellules sanguines infiltrées dans le tissu lésé, des cellules souches provenant des follicules pileu

La cicatrisation de la peau est un processus complexe faisant intervenir coagulation, inflammation, migration et prolifération des cellules locales et remodelage tissulaire. S’il s’agit principalement d’une coordination entre cellules locales et cellules sanguines infiltrées dans le tissu lésé, des cellules souches provenant des follicules pileux et glandes sudoripares peuvent migrer jusqu’au site de blessure et participer à la régénération de l’épithélium cutané.

Certaines cellules sanguines sont capables, sous l’influence du facteur de prolifération M-CSF, de se dé-différencier en cellules souches multipotentes. Elles expriment le marqueur embryonnaire SSEA-1 et -3. Le facteur M-CSF est sécrété par les fibroblastes de la peau et des cellules exprimant SSEA-3 ont été trouvées dans le derme humain. Elles prolifèrent suite à une blessure, mais leur origines et fonctions sont encore inconnues. Au vu de ces éléments, une étude s’est intéressés à l’origine hématopoïétique des cellules SSEA+ dans les sites de blessure, et déterminer une possible corrélation entre blessure, facteur M-CSF, cellules SSEA+ et cicatrisation. L’étude est à paraître dans le journal Scientific Reports (DOI: 10.1038/srep28979).

Les analyses d’échantillons de peau saine ou blessée de souris ont mis en évidence la présence de cellules SSEA-1+ dans la peau blessée et leur quasi-absence dans la peau saine (9.26% vs. 0.37%, p<0.01). Ces cellules semblent être du même type que les cellules souches multipotentes dé-différenciées à partir de cellules sanguines, car elles expriment également le marqueur SSEA-3 et le récepteur au M-CSF. Un signal également positif au marqueur Ki67 prouve l’état prolifératif des cellules SSEA-1+. Des analyses comparatives de peau lésée avant et après guérison ont révélé une nette diminution de cellules SSEA+ après guérison (différence significative calculée pour SSEA-1, p<0.001). Selon les auteurs, ceci peut s’expliquer par la différentiation de ces cellules en cellules de peau n’exprimant plus SSEA.

L’ajout de M-CSF sur le site de blessure engendre une augmentation remarquable du nombre de cellules SSEA-1+ par rapport à une peau lésée normale. De plus, l’application d’un anticorps anti-M-CSF sur la blessure induit une diminution très importante du nombre de ces cellules. Ce qui met en évidence le caractère primordial de ce facteur sécrété normalement par les fibroblastes en prolifération. Les plaies de souris traitées ou non quotidiennement avec M-CSF ou son anticorps ont été mesurées pendant le temps de guérison. Le traitement M-CSF accélère la guérison (taille de la plaie: 37.5% vs. 55.9% au 5e jour, p<0.0001 et 6.7% vs. 18.5% au 10e jour, p<0.0001). A l’inverse, le blocage de M-CSF ralentit la guérison (62.4% vs. 55.9%, non significatif, et 24.0% vs. 18.5%, p=0.052 aux 5e et 10e jours, respectivement).

Enfin, les auteurs ont injecté à des souris des cellules souches multipotentes dé-différenciées sous l’effet de M-CSF, d’origine hématopoïétique, par la veine de la queue. Après guérison de blessures de la peau, ces cellules injectées n’ont pu être détectées que dans le derme et l’épiderme du tissu cicatrisé (aucune trace dans les différents organes, la circulation sanguine, ou la peau saine entourant le site de blessure). De plus, les observations dans les sites cicatrisés ont révélé une organisation en forme de vaisseau sanguin, ainsi qu’un marquage positif au collagène-1, indiquant un potentiel de différentiation de ces cellules injectées en cellules fonctionnelles de la peau.

En conclusion, une corrélation se dégage de ces résultats entre blessure de la peau, facteur M-CSF, cellules souches multipotentes d’origine hématopoïétiques et cicatrisation in vivo. Cette étude met clairement en évidence le rôle de ces cellules SSEA+ dans la régulation de la cicatrisation de la peau par M-CSF. D’autres études semblent toutefois nécessaires afin de déterminer le mécanisme par lequel les cellules souches dé-différenciées s’accumulent au site lésé et si ceci se met également en place pour des lésions sur d’autres organes que la peau.

Texte : jd / esanum

Photo : inbevel / Shutterstock


Découvrez d’autres comptes-rendus d’études ici : COMPTES-RENDUS D’ETUDES

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.