Avec la nouvelle réforme hospitalière, que vont devenir les internes des hôpitaux ?

Après l'annonce du Plan Santé par le gouvernement, la question des internes et de leur avenir est soulevé par le Dr Bernard Kron.

Les internes ont dépassé le nombre de 26 000.

Ils étaient classés de façon aléatoire par les Epreuves Classantes Nationales (ECN). 

Certains n’étaient pas assez bien formés pour assurer les fonctions. Or les Chefs-de-Clinique n’ont ni le temps, ni parfois même les capacités pour les encadrer.

La réforme des études de médecine encourage désormais les internes à faire des stages dans les cabinets de ville. 

Les hôpitaux se trouvent ainsi dépourvus d’une main-d’œuvre « bon marché » à laquelle ils sont habitués.

Faire sortir les internes en médecine de l’hôpital et leur faire effectuer des stages dans les cabinets de ville pour qu’ils découvrent la médecine libérale est la bonne idée.

Toutefois, la mise en œuvre de cette mesure commence à soulever de grosses difficultés dans les hôpitaux, qui perdent la main-d’œuvre indispensable à la bonne marche des services.

Certains hôpitaux peuvent perdre de 10 % à 40 % d’internes, en particulier des internes de médecine générale. Leur rôle aux urgences et dans tous les services est fondamental.

Les hôpitaux ont du mal à prévoir le nombre d’internes qui leur seront désormais affectés chaque semestre d’internat ce qui crée des difficultés d’organisation en particulier dans les centres hospitaliers généraux (CHR). Cela crée une surcharge de travail pour les personnels en place et une démobilisation des médecins plus âgés qui formaient les plus jeunes. 

Les internes sont un maillon indispensable dans le fonctionnement des hôpitaux. De plus ils travaillent bien en dessous de leur coût. Un interne est payé 6,40 euros bruts de l’heure, et ses gardes sont payées 8,50 euros bruts/h. 

Le magazine spécialisé Egora avait calculé que l’État faisait une économie considérable en regard de ce qu’il devrait dépenser pour rémunérer son personnel. 

La bonne marche des services va-t-elle être compromise d’autant que les internes devenus « Docteurs Juniors » ne pourront plus être en responsabilité avant leur dernière année.

Alors ne faudrait-il pas envisager de créer un nouveau concours d’internat ouvert à toute l’Europe pour les centres hospitaliers en mal de personnels ?

C’est une question qui se pose, au moment même où le Président de la République vient d’annoncer son plan santé.

esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.