Au cours de la vie, la pression artérielle augmente plus rapidement chez les femmes que chez les hommes

Les femmes connaissent une augmentation de la pression artérielle plus importante au cours de leur vie que les hommes, ce qui peut expliquer leur risque accru de certaines maladies cardiovasculaires telles que la dysfonction microvasculaire coronaire et l’insuffisance cardiaque diastolique.

Une augmentation rapide dès la 20e année de vie

Les femmes connaissent une augmentation de la pression artérielle plus importante au cours de leur vie que les hommes, ce qui peut expliquer leur risque accru de certaines maladies cardiovasculaires telles que la dysfonction microvasculaire coronaire et l’insuffisance cardiaque diastolique.

La pression artérielle idéale est de 120/80 mmHg et vaut pour les hommes comme pour les femmes. Si elle est élevée, des évènements cardiovasculaires typiques telles qu’une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral et une insuffisance cardiaque peuvent survenir.

Il est cependant intéressant de noter que les femmes en souffrent moins, ou plutôt plus tard dans leur vie. Dans la pensée courante, elles présentent un risque cardiovasculaire plus faible que les hommes, simplement en raison de leur sexe. Cependant, des maladies cardiovasculaires plutôt atypiques sont plus fréquentes chez les femmes, comme la dysfonction microvasculaire coronaire (DMC) ou l’insuffisance cardiaque diastolique (également appelée HFpEF). Ces observations suggèrent que les femmes ont une physiologie cardiovasculaire différente de celle des hommes.

La pression artérielle étant un important facteur de risque cardiovasculaire qui fournit également des informations sur l’état du système vasculaire, les scientifiques dirigés par le Dr Ji Hongwei de la Harvard Medical School à Boston ont décidé de comparer l’évolution de la pression artérielle au cours de la vie des hommes et des femmes. Ils espèrent pouvoir tirer des conclusions sur les raisons pour lesquelles les hommes et les femmes souffrent de maladies cardiovasculaires aussi différentes à un âge avancé.

Étude rétrospective sur plus de 32.000 participants

L’étude rétrospective, récemment publiée dans la revue spécialisée JAMA Cardiology, comprenait des données sur la pression artérielle d’un total de 32.833 sujets (54 % de femmes, âge : 5 à 98 ans). Les données ont été recueillies sur 43 ans, entre 1971 et 2014, dans le cadre de quatre grandes études américaines.

Au total, les chercheurs ont analysé environ 145.000 données de pression artérielle. Dans toutes les études, la pression artérielle a été mesurée en position assise après une période de repos de cinq minutes. Étant donné que différents tensiomètres ont été utilisés, les chercheurs ont ajusté les données recueillies à l’aide d’un modèle mathématique.

Afin d’étudier l’évolution de la pression artérielle chez les hommes et les femmes au cours de leur vie, l’équipe de recherche a effectué une analyse de régression à effets mixtes, en tenant compte de facteurs de confusion tels que l’indice de masse corporelle, les valeurs des lipides sanguins, le diabète, l’abus de nicotine, l’origine ethnique et l’utilisation de médicaments antihypertenseurs.

Les femmes dépassent les hommes dans la septième décennie

Les résultats de l’étude ont montré que les femmes présentaient une augmentation de la pression artérielle systolique plus forte que les hommes, et ce dès la troisième décennie de vie. Bien que les femmes au début de l’âge adulte aient commencé avec une pression artérielle systolique plus basse que les hommes (105 contre 115 mmHg), elles ont dépassé la pression artérielle des hommes dans la septième décennie de leur vie. Sur l’ensemble de la vie, l’augmentation de la pression sanguine chez les femmes était d’environ 40 mmHg, alors qu’elle n’augmentait que d’environ 25 mmHg chez les hommes. Des résultats similaires ont été trouvés lors de l’analyse de la pression artérielle moyenne et du pouls (deux valeurs calculées à partir de la pression sanguine systolique et diastolique).

Si l’on considère la pression artérielle diastolique séparément, on obtient un résultat légèrement différent. Là encore, les femmes ont commencé plus bas que les hommes (68 contre 75 mmHg), mais l’augmentation de la pression sanguine était plus faible à l’âge de 50 ans. Les années de vie étaient comparables dans les deux groupes. Après la 50ème année de vie, la pression artérielle diastolique a de nouveau baissé dans les deux groupes, mais dans une mesure légèrement plus importante chez les hommes que chez les femmes, de sorte que la valeur de la pression artérielle diastolique était similaire (environ 70 mmHg) à un âge avancé chez les deux sexes. La tension diastolique diminue donc avec l’âge chez les hommes, tandis qu’elle augmente légèrement par rapport à la troisième décennie de vie chez les femmes.

Les chercheurs ont également examiné le taux d’événements cardiovasculaires et l’ont comparé entre les hommes et les femmes. Comme prévu, plus d’hommes que de femmes ont développé une maladie cardiovasculaire typique (29,7 % contre 20,5 %). Le risque de crise cardiaque, d’insuffisance cardiaque et d’accident vasculaire cérébral était environ 61% plus élevé pour le sexe masculin au cours de la vie.

Les femmes ont un système vasculaire différent de celui des hommes

Les données de l’étude indiquent que la pression artérielle se développe selon le sexe à un stade très précoce de la vie : elle augmente donc plus rapidement pour les femmes que pour les hommes. Comme on suppose que le corps féminin est habitué à une pression artérielle plus basse, l’augmentation rapide de la pression artérielle pourrait augmenter le risque de maladies cardiovasculaires chez les femmes au-delà de la moyenne.

Reste à savoir pourquoi les hommes subissent une crise cardiaque ou une insuffisance cardiaque en moyenne 10 à 20 ans avant les femmes. Les auteurs expliquent l’écart avec les différences spécifiques au sexe dans le système vasculaire. En résumé, les vaisseaux sanguins des femmes sont «plus petits et plus fins» que ceux des hommes. Une pression artérielle élevée – en particulier une augmentation de la pression artérielle moyenne comme signe de remodelage des petits vaisseaux – n’entraîne pas de maladies cardiovasculaires typiques des gros vaisseaux telles que l’infarctus et l’accident vasculaire cérébral, mais des maladies des petits vaisseaux.

Cela pourrait expliquer pourquoi les femmes sont plus susceptibles de contracter plus tôt et plus fréquemment la DMC, une maladie qui touche principalement les petits vaisseaux. La plus forte augmentation de la pression pulsée chez les femmes, qui peut être utilisée comme un indicateur de la rigidité artérielle, pourrait également expliquer l’incidence accrue d’insuffisance cardiaque diastolique chez les femmes.

Est-il temps d’établir des valeurs de référence de la pression artérielle spécifiques au sexe ?

Les résultats de l’étude suggèrent que des valeurs de référence différentes pour la pression artérielle devraient s’appliquer aux femmes et aux hommes. Il reste à voir comment les sociétés de cardiologie intégreront les résultats de l’étude dans leurs directives.

Une chose est pourtant sûre : Les femmes ne sont pas – comme on le suppose souvent – mieux protégées que les hommes contre les maladies cardiovasculaires. Elles développent simplement d’autres maladies. Il est donc important que les femmes reçoivent elles-aussi un traitement préventif primaire optimal afin de réduire autant que possible leur risque cardiovasculaire.


Source :
Hongwei J et al. Sex Differences in Blood Pressure Trajectories Over the Life Course.
JAMA Cardiology.
Published online January 15, 2020. doi:10.1001/jamacardio.2019.5306

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.