>
Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est la plate-forme médicale sur Internet. Ici, les médecins ont la possibilité de prendre contact avec Une multitude de collègues et de partager des expériences interdisciplinaires. Les discussions portent à la fois sur les Observations de la pratique, ainsi que des nouvelles Et les développements de la pratique médicale quotidienne.

Apprendre et oublier : l'activité du cerveau pendant la nuit

Pouvons-nous apprendre de nouvelles choses en dormant ? Une question à laquelle une équipe de chercheurs du CNRS et de l’AP-HP ont tenté de répondre lors d’une étude publiée dans Nature Communications.

Le sommeil réserve encore et toujours son lot de mystères. Alors que nous ne connaissons pas encore toutes les ficelles du mécanisme du rêve, des chercheurs se sont penchés sur les questions de l’apprentissage et de l’oubli pendant le sommeil. Leur découverte a été publiée dans Nature Communications.

En sachant que le cerveau est capable de mémoriser rapidement et sans que l’on y prête attention, un signal sonore dénué de sens comme le son produit par une radio lorsqu’elle ne capte pas de signal, les chercheurs ont choisi cette stimulation auditive passive pour comprendre le lien entre l’apprentissage et le sommeil.

Cette étude, conduite par le Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique (CNRS/ENS Paris/EHESS) en collaboration avec le Laboratoire des systèmes perceptifs (CNRS/ENS Paris) et le Centre du sommeil et de la vigilance (AP-HP/Université Paris Descartes) de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu - AP-HP, a amené les chercheurs à exposer des volontaires « à des bruits intégrant des sons répétés pendant leur sommeil et suivi leur activité cérébrale par électroencéphalographie ».

En analysant l’activité cérébrale des sujets pendant leurs différentes phases de sommeil et leurs réponses comportementales au réveil, les chercheurs ont découvert que le cerveau était aussi bien capable d’apprendre que d’oublier.

Les phases d’apprentissage et d’oubli

Ainsi les chercheurs ont pu établir que lors du sommeil paradoxal et lent léger, le cerveau est capable de mémoriser de nouvelles représentations et de nouveaux objets (ici les sons), alors qu’au cours de la phase de sommeil lent profond, les sons appris précédemment sont oubliés.
Il a même été observé qu’au réveil, les sons oubliés sont plus difficiles à apprendre que les nouveaux.

« Ces résultats sont compatibles avec l’idée que le sommeil lent léger et le sommeil paradoxal sont des états favorables à la plasticité cérébrale et à la consolidation active de la mémoire, tandis que le sommeil lent profond permettrait une forme d’oubli nécessaire pour éviter l’accumulation de souvenirs jour après jour, » explique le CNRS dans un communiqué.

L’interprétation des résultats de cette étude confirme que le sommeil permettrait de consolider des connaissances acquises au cours de la journée et que le cerveau jouerait un rôle de filtre, effaçant des informations qui ne sont plus nécessaires.