Allemagne - Quand un service hospitalier entier met les voiles

Ils sont 38, 11 médecins et 27 soignants d'un prestigieux service d'infectiologie berlinois. Tous ont décidé de quitter leur hôpital pour un autre... qui ne fait pas partie du même groupe. Une démission collective à l'allemande, dont les motivations sont discutées. Coup dur pour le groupe Vivantes déjà victime d'un vol de données, version hardware.

Tschüß signifie « Salut ! »,  « Au revoir ! »...

Vivantes est un groupe d’établissements de soins situés à Berlin, dont l’unique actionnaire est le Land de Berlin. Dix hôpitaux, 6000 lits, 2300 médecins… Le groupe déclare soigner 1/3 de la population de la ville.

Coup de tonnerre : 11 médecins et 27 soignants du service d'infectiologie de l'Auguste-Viktoria-Krankenhaus ont décidé de quitter cet établissement du groupe Vivantes pour s’installer au sein de l’hôpital catholique Saint-Joseph… qui n'en fait pas partie.

Si vous connaissez Berlin, peut-être avez-vous visité l’aéroport désaffecté de Tempelhof ? Lieu stratégique durant le blocus aérien (1948-1949) - puisque les avions occidentaux s’y posaient afin de ravitailler la ville bouclée par les soviétiques - l’aéroport a fermé en 2008. Ses pistes d’atterrissages accessibles au public sont devenues le terrain de jeux des Berlinois.e.s. C’est à proximité immédiate que se trouve l’hôpital Saint-Joseph, nouvel hôte du prestigieux service.

Les raisons de la discorde

Le personnel infirmier - 19 employés pour 34 lits * - se plaint depuis longtemps de la charge de travail. C’est ce qu’explique un intérimaire ayant travaillé dans ce service dans le blog «Mypflegephilosophie.com» («Philosophie de soins»). Dans un article particulièrement critique envers le groupe Vivantes et intitulé «L'autonomisation d'un service» l’auteur précise que la question des effectifs est l'une des raisons de l’exode. Il écrit : « Suite à l’intégration de l’hôpital Auguste Viktoria dans le groupe Vivantes (…) la situation est devenue moins attrayante : plus de patients, moins de personnel infirmier, des conditions de travail dégradées et davantage de pression économique… » La mobilisation des employés n’aurait servi à rien.

L’auteur de cet article rappelle que le service d'infectiologie fut l’un des premiers services spécialisés dans le VIH ; il accueille des personnes séropositives depuis 1987. D’après lui, l’équipe soignante est composée de personnes dont certaines travaillent ensemble depuis 30 ans, ce qui expliquerait ce départ massif. Mais un problème de toute autre nature peut avoir joué un rôle. La restructuration initiée suite au départ en retraite du médecin-chef de l’établissement semble avoir mécontenté certains médecins, et peut-être leurs plans de carrière.

Du «cannibalisme » entre hôpitaux ?

Dans son nouvel hôpital, l’équipe du service d’infectiologie espère conserver le même effectif, mais pour dix lits de moins. Certains observateurs sont sceptiques, et soulignent que l’hôpital Saint-Joseph devra fermer des lits sur d'autres sites afin d'ouvrir l'unité. Par ailleurs, l’attitude de l'établissement est critiquée pour ses supposées tentatives « agressives » en vue d’attirer le personnel. Les élus se sont emparés de la polémique, évoquant une sorte de « cannibalisme » entre hôpitaux. 

Pour sa part, Vivantes affirme que le service d’infectiologie poursuivra son activité et que la continuité des soins sera assurée. Mais le recrutement, surtout celui de personnels infirmiers expérimentés, risque d’être problématique.

Vivantes, déjà confronté à un vol de données 

Le groupe se serait sûrement passé de cette péripétie. La semaine dernière, il a annoncé que les données de 18 000 patients se sont volatilisées en novembre dernier. Piratage informatique ? Même pas. C’est lors du cambriolage d’une clinique spécialisée en urologie que ces données ont été emportées…avec le disque dur externe utilisé pour leur sauvegarde.
 


Si vous êtes inscrit.e sur esanum.fr, vous avez la possibilité de commenter cet article. 
 

Sources :
Protest: Ganze Abteilung wechselt von Vivantes zu St. Joseph
Berliner Morgenpost, 19.02.2020
Pflegephilosophie - Bock auf Gedanken? / Philosophie de soins - Vous avez envie de réfléchir ?

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.