«Adrénaline» vs. «épinéphrine» : faisons tomber la pression

Journal Club n°11 (Professeur Nicolas Peschanski) – «Adrénaline» en Australie, «épinéphrine» au Canada, «epinefrina» en Espagne mais «adrenalina» en Italie... Deux noms pour une même substance ? L'explication est pourtant limpide et nous vient tout droit des années 1900, de part et d'autre de l'Atlantique.



Nous publions ici, avec son accord, le Journal Club que le Pr Nicolas Peschanski * propose à ses étudiant.e.s afin de leur présenter certaines études relatives à sa spécialité. Nous l'en remercions chaleureusement.

MU Rennes nu.png

Journal Club n°11



La responsabilité de ce onzième épisode du Journal Club incombe aux Drs James Hayes – qui a ouvert la boîte de Pandore – et Mike Cadogan, mon ami urgentiste au Charles Gairdner Hospital de Perth (Australie), tous deux passionnés d’histoire de la médecine aiguë.



«Adrénaline» ou «épinéphrine» ?

Si l'on se fonde sur l'argument d'usage, le précédent historique et la dérivation étymologique, c’est bien le terme «adrénaline», celui utilisé en France, que l’on devrait rechercher. Mais si vous faites un tour sur Pubmed, préférez-lui celui d’«epinephrin», cela vaut mieux. Deux noms pour une même substance... L'explication se cache de part et d'autre de l'Atlantique, à l'aube du siècle précédent.

1894, University College de Londres. Le médecin anglais George Oliver (1841-1915) et le physiologiste Sir Edward Sharpey-Schafer (1850-1935) observent les effets de l'extrait de la moelle surrénale sur le rythme cardiaque et la pression sanguine des animaux.

De son côté – c’est-à-dire de l’autre côté de l’Atlantique –, le biochimiste et pharmacologue américain John Jacob Abel (1854-1938) de l'Université Johns Hopkins utilise quant à lui des glandes surrénales de mouton. Il fabrique ainsi un produit cristallin qui imite l'effet d'augmentation de la pression sanguine de l'extrait d'Oliver et Sharpey-Schafer.



jc11 vis1.png

John Jacob Abel (1875-1938)



Le 6 mai 1897, Abel décrit pour la première fois le principe actif qu'il a isolé dans un article lu devant l'American Medical Association. Mais en 1899, dans les Actes de l’American Physiology Society, il le détaille sous le nom d'«epinephrin». Si Abel choisit ce terme, c'est pour suivre la suggestion de l'anatomiste Joseph Hyrtl selon laquelle «epinephrin» serait la meilleure dénomination pour un produit extrait de la capsule surrénale.

Jokichi Takamine (1854-1922) est un biochimiste japonais indépendant installé à New York. En 1901, il réussit à isoler une «forme pure, stable et cristalline» de l'épinéphrine. Ce composé, qu’il brevète, est mis sur le marché par la société pharmaceutique Parke, Davis & Company sous le nom commercial «Adrenalin».

Parcourons la correspondance entre Takamine et cette société avec laquelle il s'associe : «L'été dernier, j'ai consacré mon attention à ce sujet et je suis heureux d'annoncer que j'ai réussi à isoler le principe actif sous une forme pure, stable et cristalline, la base elle-même. Je ne souhaite en aucun cas usurper le mérite qui revient aux chercheurs pionniers. Mais étant donné qu'aucun auteur n'a précédemment obtenu le principe actif sous une forme pure, et qu'on ne peut exclure une possibilité de controverse, j'ai donc baptisée ma substance, telle que je l'ai isolée, "Adrenalin"». 



jc11 vis 2.jpg



En effet, il s’avère qu’Abel a isolé le dérivé monobenzoyl de l'hormone plutôt que le principe actif lui-même. Takamine a quant à lui isolé l'hormone, bien qu'il ait été démontré par la suite que le produit naturel est lui-même un mélange de deux substances, l'adrénaline et la noradrénaline. Toujours est-il que l'adrénaline de Takamine et l'épinéphrine d’Abel apparaissent toutes deux sur le marché, et pour la première fois, en 1901.



Formules à la carte

C’est à Thomas Aldrich, un chimiste de Parke, Davis & Company, que revient le mérite d'avoir déterminé en premier la formule chimique correcte de l'adrénaline. Au mois d’août 1901, Aldrich isole une substance cristalline des glandes surrénales et la compare avec celle de Takamine. Il constate que les deux substances sont identiques. Aldrich procède ensuite à une analyse élémentaire de l'adrénaline. La formule du composé diffère quelque peu de celle de Takamine, et se révèlera plus tard être la bonne. À savoir : C9H13NO3. 



jc11 vis 3.jpg



Aldrich écrit alors ceci :

«Il est intéressant de noter à cet égard que si l'on soustrait un résidu benzoyle de la formule d'Abel pour l'«épinéphrine» (C17H15NO4) on obtient une formule C10H10NO3 qui n'est pas très éloignée de celle de l'adrénaline (C9H13NO3). Une différence qui s'explique aisément si l'on suppose que l'une des substances est contaminée par d'autres corps».

Ainsi, Parke, Davis & Co a commercialisé l'extrait sous le nom de leur marque déposée «Adrenalin». Pendant ce temps, le terme «épinéphrine» est devenu son nom générique aux USA puis dans tous les pays anglophones, en supposant à tort que l'extrait d'Abel était identique à l'adrénaline de Takamine. En fait, l'épinéphrine d'Abel en était le dérivé benzoylé inactif.



Mais alors, on dit comment ?

En Europe, l'Adrenalin n'a pas été commercialisée. «Adrénaline» a par contre été adopté comme nom générique avec le soutien de l'éminent pharmacologue anglais Sir Henry Hallett Dale (1875-1978). Ce futur prix Nobel – il l’obtiendra en 1936 pour ses travaux sur la transmission chimique des impulsions nerveuses – fait valoir dès 1906 que le terme «épinéphrine» a été utilisé pour décrire des extraits qui n'étaient pas physiologiquement identiques à ceux appelés «adrénaline».

Son argument semble lui aussi pur, stable et... cristallin : «Dans la littérature physiologique, la terminologie est réglée par ceux qui décrivent l'action physiologique. [Non] les physiologistes ne devaient rien aux travaux d'Abel ou ne pouvaient pas utiliser ses substances inactives.» Dont acte.

 



jc11 vis 4.jpg

Adrenalin vs. Epinephrin. Aronson JK. BMJ. 2000 Feb 19;320(7233):506-9
 


Retrouvez tous nos articles sur Twitter, LinkedIn et Facebook.

Vous êtes médecin ?
Pour recevoir une sélection de nos articles ou les commenter, il vous suffit de vous inscrire.



Références :
 

  1. Oliver G, Schäfer EA. The Physiological Effects of Extracts of the Suprarenal Capsules. J Physiol. 1895 Jul 18;18(3):230-76
  2. Abel J, Crawford A. On the blood-pressure-raising constituent of the suprarenal capsule. Bull Johns Hopkins Hosp. 1897; 8: 151-157
  3. Abel JJ. On epinephrin, the active constituent of the suprarenal capsule and its compounds. In: Proceedings of the American Physiological Society. American Journal of Physiology. 1899; 2(5): iii-xxi
  4. Solomon SC. The use of adrenal substance in the treatment of asthma. JAMA 1900;XXXIV(19):1164-1166
  5. Takamine J. Adrenalin, the active principle of the suprarenal glands, and its mode of preparation. American Journal of Pharmacy. 1901; 73: 523-531
  6. Aldrich T. A preliminary report on the active principle of the suprarenal gland. Am J Physiol. 1901; 5(7): 457-461
  7. Bullowa JJM, Kaplan DM. On the hypodermic use adrenaline chloride in the treatment of asthmatic attacks. Medical News (New York) 1903; 83(17): 783-787
  8. Tansey EM. What’s in a name? Henry Dale and adrenaline, 1906. Med Hist. 1995 Oct;39(4):459-76
  9. Aronson JK. “Where name and image meet”–the argument for “adrenaline”. BMJ. 2000 Feb 19;320(7233):506-9
  10. McFadden ER Jr. A Century of Asthma. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine. 2004;170(3):215-221
  11. Parascandola J. Abel, Takamine, and the isolation of epinephrine. J Allergy Clin Immunol. 2010 Feb;125(2):514-7
  12. Greer A. Epinephrine: a short history. The Lancet Respiratory Medicine 2015;3(5):350- 351
  13. Josef Hyrtl (1810-1894), professor of anatomy at Vienna


* Nicolas Peschanski est professeur de médecine d'urgence et praticien hospitalier au CHU de Rennes. Membre actif de longue date de la SFMU – avec six années passées au sein de la commission scientifique – il siège depuis 2020 à la commission des référentiels.
Le parcours international du Pr Peschanski, notamment aux USA, lui a permis de devenir membre de la Commission Internationale de l'American College of Emergency Physicians ainsi que du comité de pilotage de l'EMCREG-International (Emergency Medicine Cardiac Research and Education Group). Il fait également partie de l'Eusem (European Society for Emergency Medicine) et plus particulièrement de son comité «Web & social media».
Le Pr Peschanski est très attaché au principe de la FOAMed (Free Open Access Meducation - Partage en libre accès des ressources éducatives médicales). Il utilise les réseaux sociaux (@DocNikko) à des fins pédagogiques et de partage des connaissances en médecine d’urgence.


Liens d'intérêts
Le professeur Peschanski déclare les liens d'intérêts suivants :
- sur les trois dernières années : Vygon SA (consultant),  Fisher&Paykel (symposium), AstraZeneca (symposium)
- sur les vingt dernières années :
Symposiums : Fisher&Paykel Healthcare , AstraZeneca, Lilly, Sanofi, Daiichi-Sankyo, HeartScape, The Medicine Company, Thermofisher, Roche Diagnostics
Boards : Bayer, AstraZeneca, Vygon SA, Portola USA, Sanofi, Boehringer Ingelheim
Congrès : Lilly, Sanofi, Vygon SA, Portola, Roche Diagnostics, Thermofisher
Fonds de recherche (non personnels) : Servier, Boehringer Ingelhei

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.