esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.

Accepter sa voix : l’orthophonie pour les femmes transgenres

Devenir une femme transgenre est devenue accessible grâce à la chirurgie et aux hormones. Mais accepter sa voix est souvent difficile pour les patients.

Beaucoup de femmes qui viennent voir Adrienne Hancock ont le même problème : elles parlent avec la voix d’un homme.

« Dès que j’ouvre la bouche, je ne suis plus perçue comme une femme », explique-t-on à l'ortophoniste Adrienne Hancock, qui est devenue un point de contact majeur pour les femmes transgenres aux États-Unis à l’Université George Washington dans la capitale américaine.

« Quand il s’agit de transgenre, les gens pensent généralement à la chirurgie d’adaptation sexuelle ou à la chirurgie plastique faciale. Mais les gens qui viennent ici à la clinique disent : “Je veux une voix plus féminine. Ou : ‘Je veux qu’elle me semble plus féminine’, dit Hancock dans son minuscule bureau, à deux étages au-dessus de l’hôpital universitaire. Elle offre des cours de langue pour les transgenres depuis des décennies — mais ce médecin pas comme les autres est le premier à faire des recherches et à les publier en tant que professeur associé.

De plus en plus de transgenres optent pour l’égalité des sexes.

Et la demande augmente. Environ un pour cent de la population s’identifie comme étant des personnes nées avec de fausses caractéristiques sexuelles. Et aux États-Unis, de plus en plus de transgenres adaptent leur corps au sexe intérieur. De 2000 à 2014, le nombre de ces opérations a quadruplé, ont récemment rapporté des médecins de l’Université Johns Hopkins (Baltimore) dans le journal Jama Surgery.

Alors que les hommes transgenres développent également une voix plus profonde en prenant de la testostérone, les œstrogènes n’élèvent pas la voix des femmes transgenres. ‘Nous ne pouvons pas changer l’anatomie, mais nous pouvons changer la physiologie de la parole’, dit Hancock. Cela fait de l’orthophonie une option pour ceux qui n’ont pas besoin d’une chirurgie complète d’adaptation sexuelle, mais qui veulent être considérés comme une femme dans leur environnement.

L’orthophonie est un travail complexe

Au début, il y a la question : qu’est-ce qui devrait changer ? L’impression sur les autres ? Ou s’agit-il d’un meilleur accord avec la nouvelle image de soi-même ? ‘Parfois, nous devons creuser plus profondément’, dit le thérapeute.

Habituellement, le travail sur le terrain est au premier plan. ‘C’est ce qui fait la plus grande différence. Mais si vous ne travaillez que sur le terrain, vous parlez vite comme Minnie Mouse. Cela arrive parfois lorsque les gens essaient de travailler eux-mêmes sur leur voix, par le biais de vidéos en ligne ou avec des amis. Ça a l’air étrange et ça fait mal à la voix.’

Il s’agit aussi du son individuel de la voix, de la résonance et de la mélodie de la parole. ‘La plupart des gens ont besoin de dix à douze séances. Mais pour certains, cela prend beaucoup plus de temps. Parfois parce qu’ils sont plus âgés. Et parfois, il y a aussi des barrières émotionnelles et psychologiques aux voix changeantes. Parce que c’est une nouvelle voix. Le monde et vous-même ne l’avez jamais entendu auparavant’, rapporte M. Hancock.

Ce processus est plus facile pour les personnes qui ont déjà rendu public leur changement de sexe. Certains sont rapidement satisfaits et sûrs d’eux avec leurs nouvelles voix. ‘On s’adressera même à elles en tant que femmes au téléphone.’ D’autres, par contre, devraient encore apparaître comme des hommes au travail ou dans la famille. ‘Ce changement constant rend les choses plus difficiles, ça prend plus de temps.’

Les patients que Hancock traite avec sa collègue Linda Siegfriedt et les thérapeutes potentiels ont un large éventail d’âge. ‘De plus en plus de jeunes arrivent.’ Et les frontières entre le genre et l’identité sexuelle deviennent de plus en plus fluides, déclare Hancock : ‘Ce n’est souvent plus une décision binaire. Les personnes âgées pensent l’un ou l’autre, mais pour les plus jeunes, il est de plus en plus normal de penser dans des espaces fluides’. Ce changement culturel rendra l’objectif de trouver sa voix encore plus individuelle.