esanum is an online network for approved doctors

esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.

5 questions à la Société de Pneumologie de Langue Française

Spécificités de la SPLF, congrès 2019 et évolutions des pratiques : le professeur Nicolas Roche répond à nos questions sur l'actualité de la société savante.

Professeur de Pneumologie à l’Hôpital Cochin AP-HP (Université Paris-Descartes) et spécialiste de la BPCO, le Pr. Nicolas Roche, président la Société de Pneumologie de Langue Française, nous a accordé de son temps pour discuter de l’actualité de la société savante.


Pouvez-vous nous rappeler la mission de la Société de Pneumologie de Langue Française ?

Tout d’abord, il faut préciser que la SPLF est destinée à toute la francophonie et pas seulement aux pneumologues français.

Comme d’autres sociétés savantes, elle réalise la promotion de la recherche dans le domaine respiratoire. Elle s’active également à promouvoir l’enseignement et la formation — essentiellement continue — de la pneumologie.

Elle produit également des argumentaires et recommandations pour les praticiens, dans le but d’améliorer la pratique du métier.

Elle réalise également ce type d’argumentaires pour les institutions dans le cadre de consultation ou participation à des groupes de travail.

Enfin, elle organise chaque année, un congrès, destiné à l’ensemble des pneumologues de langue française.

Quels sont les grands travaux de la SPLF en 2018 ?

Nous avons plusieurs chantiers en cours, notamment la participation à une cohorte de recherche sur l’asthme sévère. La Société de Pneumologie de Langue Française participe également à des groupes de travail institutionnels sur la transformation du système de santé.

Enfin, nous travaillons aussi sur la création d’une nouvelle revue, qui paraîtra l’année prochaine, en langue anglaise pour faire connaître la production scientifique de la francophonie aux lecteurs étrangers.

Existent-ils des synergies entre les pneumologues français et les autres spécialités ?

Oui, notamment en termes de formation ou de recommandations, nous faisons régulièrement appel à des personnalités d’autres sociétés savantes, notamment des cardiologues, des médecins généralistes…

Ces synergies sont aussi très fortes au niveau international, notamment avec l’ERS - European Respiratory Society - [Société Européenne des Maladies Respiratoires].

Le prochain Congrès de Pneumologie se tiendra à Marseille en 2019 : est-ce que vous avez d'ores et déjà les thèmes qui y seront évoqués ?

Le Fil rouge du congrès sera consacré à la BPCO [Bronchopneumopathie Chronique Obstructive], qui touche plus de 3 millions de personnes en France, dont 2/3 ignorent qu’ils sont atteints. Le congrès s’intéressera également à un autre gros sujet : les maladies granulomateuses.

Enfin, vous n'êtes pas sans savoir que le système de santé est en pleine mutation.
Peut-on imaginer que le métier de pneumologue va évoluer prochainement ?

Il est clair que les pratiques vont évoluer, notamment via l’émergence progressive des pôles de santé, maisons de santé, mais aussi les infirmiers de pratiques avancées [IPA]… Tout cela va modifier le circuit patient et probablement donc le quotidien des spécialistes. Par exemple, la SPLF a déjà émise des recommandations sur le parcours de soins de certaines maladies respiratoires, comme la BPCO.

Enfin, la télémédecine devrait aussi permettre une évolution des pratiques, car de nombreux domaines de la pneumologie utilisent des appareillages à domicile, comme l’insuffisance respiratoire, le sommeil… cela permettrait donc de monitorer ces appareils et les patients.

Toutefois, il est encore trop tôt pour savoir comment tout cela va se mettre en place, notamment côté rémunération.