Gyrophares et sirènes hurlantes… Vraiment utiles en extra-hospitalier ?

Journal Club n°8 (Professeur Nicolas Peschanski) – Activer gyrophare et deux-tons en intervention… Un réflexe, une habitude voire une évidence. Pourtant leur utilisation accroît le risque d’accident. Mais pour le patient, ça change quoi ?



Nous publions ici, avec son accord, le Journal Club que le Pr Nicolas Peschanski * propose à ses étudiant.e.s afin de leur présenter certaines études relatives à sa spécialité. Nous l'en remercions chaleureusement.

MU Rennes nu.png

Journal Club n°8



Une fois n’est pas coutume, intéressons-nous à nos ambulances et autres véhicules légers médicalisés de SMUR. En effet, l’immense majorité des interventions extra-hospitalières est réalisée avec des véhicules qui utilisent des gyrophares et des sirènes deux-tons (parfois agrémentées de tonalités complémentaires dites «américaines»). 

Ces «outils» sont censés faciliter nos déplacements pour répondre dans des délais les plus courts possibles à une situation urgente. Cependant, seul un faible pourcentage de ces situations nécessite une procédure vitale pour le patient. Dans un système paramédicalisé comme aux USA, l’utilisation de ces dispositifs suggère qu'une approche plus sélective des interventions urgentes pourrait être plus efficiente et peut-être même plus sûre.



Pourquoi c’est important ?

La littérature a montré depuis quelques années déjà qu’une intervention extrahospitalière avec un véhicule d’urgence utilisant gyrophare et sirène permet de réduire le temps de transport d’environ 1,5 minutes en milieu urbain et 3,6 minutes en moyenne en milieu rural.

Toutefois, l'utilisation de ces dispositifs a été associée à un risque accru d'accidents (fréquence et gravité). Ce risque d’accident supplémentaire est-il justifié dans certaines situations cliniques urgentes ? Cet article a une approche originale puisqu’il analyse la pertinence de l'utilisation des sirènes et gyrophares en déterminant la fréquence des urgences vitales – celles ayant donné lieu à une procédure médicale déterminante pour laquelle la vitesse est considérée comme essentielle.



L’étude


Using Red Lights and Sirens for Emergency Ambulance Response: How Often Are Potentially Life-Saving Interventions Performed? 1

Il s'agit d'une analyse rétrospective, portant sur une base de données nationale fournie par les services mobiles d’urgences médicales (Emergency Medical Services – EMS). Les données sont issues des dossiers médicaux électroniques. Près de 6 millions d'appels passés au 911 pendant l’année 2018 ont été passés au crible.



Méthode

La grande majorité des interventions déclenchées par ces appels (85,8%) ont été effectuées en utilisant des gyrophares et les sirènes. Même avec une définition généreuse des situations d'urgence, les auteurs de l'étude n’ont recensé que 42 motifs d’interventions pour lesquelles le facteur temps est présenté comme déterminant (Potentially Life-Saving Interventions – PLSI).

Lorsqu'on les stratifie selon la nature de l'appel, les arrêts cardiaques présentent le taux le plus élevé de PLSI (45,0%), suivis des problèmes survenant chez les diabétiques (37,0%). Citons encore les intoxications médicamenteuses, les alertes AVC, le sepsis, les traumatismes graves, etc. Notons que lorsqu'on considère uniquement les appels pour arrêt cardiaque pour lesquels les services médicaux d'urgence considéraient que l'appel était effectivement un arrêt (par opposition à ceux qui avaient été envoyés pour un arrêt et qui se sont avérés ne pas l'être), la proportion de PLSI est passée à 70,1%.

Or parmi les appels ayant déclenché l’envoi d’un véhicule d’urgence paramédicalisé, seuls 6,9% étaient liés à l’une des 42 motifs PLSI.  

Dans cet échantillon, les auteurs ont ensuite vérifié si l’utilisation des outils de signalisation des ambulances (gyrophares et sirènes) avait pu réduire le temps pour la réalisation de ces PLSI. Les interventions qui à un moment ou un autre de ont été considérées comme des PLSI ont été stratifiées en quartiles, en fonction du temps de réponse :



Résultats

Et là, surprise…

Ceci suggère que les interventions avec des temps de réponse plus courts n'étaient pas moins susceptibles de relever de PLSI que celles avec des temps de réponse plus longs. Le taux de PLSI avait tendance à diminuer avec l'augmentation du temps de réponse, mais pas de façon significative.

Les auteurs concluent que « Compte tenu du risque accru [pour les équipages] il est essentiel de déterminer les avantages pour le patient de ce mode d'intervention. »



Quelles conclusions en tirer pour notre système régulé et médicalisé ?  

Rapporté à notre système médicalisé, il ne semble pas incohérent de trouver une sensibilité faible de l’impact des dispositifs utilisés pour faciliter la progression du moyen mobile. En effet, il existe un compromis entre les risques encourus et les avantages de l’utilisation de véhicules munis de ces systèmes mais celui-ci est souvent anticipé dès l’étape de la régulation par le choix du vecteur le mieux adapté à la situation médicale. 

Il existe sans doute quelques situations pour lesquelles l’utilisation des gyrophares et des sirènes pourraient avoir eu un impact sur le résultat, mais cette étude suggère que ce n’est pas là le facteur essentiel de la réalisation de procédures d’urgences vitales. 

Ainsi, on pourrait réfléchir à les utiliser de manière plus sélective et prendre parfois moins de risques dans nos déplacements d’urgence… quoiqu’il faille parfois se faufiler dans le trafic dense des heures de pointes ou encore libérer rapidement une équipe SMUR engagée. En outre, ces informations pourraient être utiles dans l'argumentation concernant les nuisances sonores causées par les ambulances la nuit, en particulier dans les zones urbaines du centre-ville.



Retrouvez tous nos articles sur Twitter, LinkedIn et Facebook.

Vous êtes médecin ?
Pour recevoir une sélection de nos articles ou les commenter sur le site, il vous suffit de vous inscrire.


Note :

1- Using Red Lights and Sirens for Emergency Ambulance Response: How Often Are Potentially Life-Saving Interventions Performed?
Prehosp Emerg Care. 2020 Aug 7:1-7. doi: 10.1080/10903127.2020.1797963.



* Nicolas Peschanski est professeur de médecine d'urgence et praticien hospitalier au CHU de Rennes. Membre actif de longue date de la SFMU – avec six années passées au sein de la commission scientifique – il siège depuis 2020 à la commission des référentiels.
Le parcours international du Pr Peschanski, notamment aux USA, lui a permis de devenir membre de la Commission Internationale de l'American College of Emergency Physicians ainsi que du comité de pilotage de l'EMCREG-International (Emergency Medicine Cardiac Research and Education Group). Il fait également partie de l'Eusem (European Society for Emergency Medicine) et plus particulièrement de son comité «Web & social media».
Le Pr Peschanski est très attaché au principe de la FOAMed (Free Open Access Meducation - Partage en libre accès des ressources éducatives médicales). Il utilise les réseaux sociaux (@DocNikko) à des fins pédagogiques et de partage des connaissances en médecine d’urgence.


Liens d'intérêts
Le professeur Peschanski déclare les liens d'intérêts suivants :
- sur les trois dernières années : Vygon SA (consultant),  Fisher&Paykel (symposium), AstraZeneca (symposium)
- sur les vingt dernières années :
Symposiums : Fisher&Paykel Healthcare , AstraZeneca, Lilly, Sanofi, Daiichi-Sankyo, HeartScape, The Medicine Company, Thermofisher, Roche Diagnostics
Boards : Bayer, AstraZeneca, Vygon SA, Portola USA, Sanofi, Boehringer Ingelheim
Congrès : Lilly, Sanofi, Vygon SA, Portola, Roche Diagnostics, Thermofisher
Fonds de recherche (non personnels) : Servier, Boehringer Ingelheim

Esanum is an online network for approved doctors

Esanum is the medical platform on the Internet. Here, doctors have the opportunity to get in touch with a multitude of colleagues and to share interdisciplinary experiences. Discussions include both cases and observations from practice, as well as news and developments from everyday medical practice.

Esanum ist ein Online-Netzwerk für approbierte Ärzte

Esanum ist die Ärzteplattform im Internet. Hier haben Ärzte die Möglichkeit, mit einer Vielzahl von Kollegen in Kontakt zu treten und interdisziplinär Erfahrungen auszutauschen. Diskussionen umfassen sowohl Fälle und Beobachtungen aus der Praxis, als auch Neuigkeiten und Entwicklungen aus dem medizinischen Alltag.

Esanum est un réseau en ligne pour les médecins agréés

Esanum est un réseau social pour les médecins. Rejoignez la communauté et partagez votre expérience avec vos confrères. Actualités santé, comptes-rendus d'études scientifiques et congrès médicaux : retrouvez toute l'actualité de votre spécialité médicale sur esanum.